L'"Hermione", un défi technique à base de savoir-faire traditionnel

L'"Hermione" mesure plus de 65 m de long et 11 m de large
L'"Hermione" mesure plus de 65 m de long et 11 m de large - © JEAN-PIERRE MULLER - AFP

Les 17 années de reconstruction à l'identique de l'"Hermione", qui sera le "plus gros navire historique à naviguer" selon son commandant, Yann Cariou, ont représenté un véritable défi technique, nécessitant des recherches historiques et la renaissance de nombreuses techniques traditionnelles.

Dimensions du trois-mâts

L'"Hermione" mesure plus de 65 m de long et 11 m de large. Le grand mât culmine à 47 m de hauteur et l'ensemble de l'embarcation pèse 1.200 tonnes. Le gréement, en manille et en chanvre, est constitué de 25 km de cordages tandis que 2.200 m2 de tissu ont été nécessaires pour réaliser la voilure.

Au total, 400.000 pièces de bois et de métal, dont un millier de poulies, ont été reproduites à l'identique.

Le navire est équipé de 26 canons, reproductions de ceux de l'époque, tirant des boulets de 12 livres, d'où son appellation de "frégate de 12".

Des techniques traditionnelles

Quelque 2.000 chênes issus des forêts françaises ont été nécessaires à la construction de la coque qui, par endroits, atteint 50 cm d'épaisseur. Au total, 3.000 chênes ont été utilisés sur l'"Hermione".

Charpentiers de marine, tonneliers, selliers, cordiers, doreurs ou encore fondeurs, forgerons ou verriers...: des artisans venus de toute l'Europe et issus au total de 19 corps de métier ont fait renaître des techniques traditionnelles.

Pour le gréement, véritable réplique de l'original, plusieurs gréeurs suédois ont été mobilisés. Les 17 voiles ont été réalisées en toile de lin, avec des finitions à la main, comme au XVIIIe siècle.

Au total, une cinquantaine d'entreprises ont participé au projet en 17 ans, pour une somme de 340.000 heures de travail (hors études).

Au XVIIIe siècle, la construction de la frégate ne nécessita que six mois, pour une somme de travail assez comparable (35.000 journées).

Un navire historique

L'"Hermione" fait partie d'une série de quatre frégates mises en chantier à partir de 1778 à Rochefort, l'arsenal édifié au XVIIe siècle sur instruction du "ministre de l'industrie" du roi Louis XIV, Colbert. Elle est construite aux côtés de "La Concorde", "La Courageuse" et "La Fée" dans ce chantier naval considéré parmi les meilleurs du monde.

Cinq mois à peine après la fin de sa construction, l'"Hermione" prend la mer en 1779. Elle coule en 1793 au large du Croisic, en Loire-Atlantique.

La réplique a été construite selon les plans originaux de l'ingénieur Henri Chevillard, dit Chevillard Aîné.