L'artiste chinois Ai Weiwei se dit privé par Londres d'un visa de 6 mois

Ai Weiwei
Ai Weiwei - © GOH CHAI HIN - AFP

L'artiste dissident chinois Ai Weiwei a assuré jeudi que la Grande-Bretagne avait refusé de lui délivrer un visa de six mois, le limitant à trois semaines, au motif qu'il aurait omis de faire état dans sa demande d'une condamnation en justice.

Le plus connu à l'étranger des artistes contemporains chinois a récupéré son passeport la semaine dernière après en avoir été privé pendant quatre ans et s'est empressé de demander des visas pour l'Allemagne et le Royaume-Uni, deux pays où il a déjà exposé ses oeuvres.

Ai Weiwei a très vite obtenu un visa de quatre ans, à entrées multiples, des autorités allemandes.

Mais les démarches ont apparemment été moins faciles avec Londres, le gouvernement conservateur de David Cameron s'employant à faire oublier le refroidissement des relations sino-britanniques ayant suivi sa rencontre en 2012 avec le dalaï-lama.

Ai Weiwei a diffusé jeudi sur son compte Instagram une lettre émanant du service des visas de l'ambassade du Royaume-Uni à Pékin mentionnant qu'il était "de notoriété publique" qu'il avait "été condamné par la justice chinoise".

"Vous ne l'avez pas déclaré", lui reproche ensuite la lettre, qui précise qu'en conséquence, l'artiste se voit simplement octroyer "de façon exceptionnelle" un visa de 20 jours en septembre.

Ai Weiwei a réagi sur les réseaux en assurant "n'avoir jamais été inculpé ou condamné".


Belga