L'architecte David Adjaye sera anobli par la reine d'Angleterre

L'architecte David Adjaye sera anobli par la reine d'Angleterre
2 images
L'architecte David Adjaye sera anobli par la reine d'Angleterre - © Adjaye Associates / Facebook

Un an après avoir fêté son 50e anniversaire, David Adjaye sera anobli par la reine Elizabeth II : le futur chevalier de l'ordre de l'Empire britannique figure sur la liste des  "Diplomatic Service and Overseas New Year 2017 Honours".

Né en Tanzanie de parents ghanéens, Adjaye vit en Angleterre depuis l'âge de 9 ans. Diplômé du Royal College of Art en 1993, il a passé six ans en entreprise chez William Russell avant d'ouvrir son propre cabinet en l'an 2000.

Son édifice le plus célèbre reste le Musée national de l'histoire afro-américaine à Washington DC, ouvert au public en septembre 2016. Adjaye a également marqué le public par ses projets "Dirty House", conversion d'une ancienne usine de traitement du bois à Londres et "Stephen Lawrence Centre", un centre éducatif construit à la mémoire d'un adolescent assassiné et dédié aux jeunes du sud de Londres.

Adjaye et ses associés ont été sélectionnés pour concevoir le premier Musée d'art contemporain letton. Ils seront par ailleurs les principaux acteurs de la réhabilitation du quartier du "San Francisco Shipyard", l'un des plus grands chantiers architecturaux de la côte ouest des États-Unis.

Adjaye voit en cette distinction "la célébration [...] de l'idée selon laquelle les architectes doivent apporter une contribution positive au monde". La Chancellerie de l'ordre des chevaliers décrit David Adjaye comme "l'un des architectes majeurs de sa génération, un ambassadeur international de la culture du Royaume-Uni".

L'architecte marche ainsi notamment sur les traces de Jeffrey Tate, chef de l'orchestre symphonique de Hambourg, d'Anna Wintour, rédactrice en chef de l'édition américaine de Vogue et de Jane Francis, professeure directrice de la recherche britannique en Antarctique.