L'archange a retrouvé son perchoir au sommet du Mont-Saint-Michel

L'archange a retrouvé son perchoir au sommet du Mont-Saint-Michel
L'archange a retrouvé son perchoir au sommet du Mont-Saint-Michel - © DAMIEN MEYER - AFP

La statue de l'archange du Mont-Saint-Michel a été reposée jeudi matin par un hélicoptère au sommet de l'abbaye, après avoir été redorée pendant deux mois en Dordogne, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Quelques dizaines de touristes présents sur la terrasse de l'abbaye sous un beau soleil ont applaudi quand l'hélicoptère a achevé la pose de la statue, réceptionnée par des ouvriers sur l'échafaudage construit autour de la flèche de l'édifice religieux.

La statue de saint Michel s'était envolée 10 minutes plus tôt des polders entourant le Mont où elle se trouvait depuis mardi, pour se poser au sommet de l'abbaye, à 160 mètres au-dessus du niveau de la mer.

La statue a retrouvé un éclat aveuglant vu de près au soleil, après deux mois et demi de restauration, a constaté une journaliste de l'AFP. L'opération a coûté à 450.000 euros au CMN, le Centre des monuments nationaux, qui gère l'abbaye.

L'archange avait déjà été rénové en 1987 mais la dorure avait pratiquement disparu sous l'effet des vents chargés de sable, avait constaté l'AFP lors de la dépose de l'archange le 15 mars.

"Avec deux fois plus d'or" qu'en 1987, l'archange devrait pouvoir affronter les caprices de la météo pendant "au moins 50 ans" sans avoir besoin de toucher terre, a expliqué Philippe Belaval, le président du CMN, lors d'une conférence de presse mercredi.

La restauration visait aussi à préserver l'archange menacé par la corrosion et à mettre aux normes l'archange, dont les ailes jouent le rôle de paratonnerre.

Installée en 1897, la statue de cuivre pèse 520 kg et mesure 4,5 mètres ailes incluses. Elle représente saint Michel menaçant de son épée un dragon incarnant le mal.

L'échafaudage de 30 mètres de haut érigé pour l'opération ne sera démonté qu'à partir de mercredi, le temps de sceller solidement l'archange, a précisé François Jeanneau, architecte en chef des Monuments historiques.

Avec deux à trois millions de visiteurs par an, le Mont-Saint-Michel est l'un des monuments les plus visités de France.

L'abbaye et la baie sont classés au patrimoine mondial de l'Unesco.