Jean-Luc Herman, l'un des maîtres de l'estampe, à la Galerie Rive Gauche à Namur

Françoise Gaillard-Herman
Françoise Gaillard-Herman - © Christine Pinchart

Jean-Luc Herman est né à Theux en Belgique en 1936, mais s'établira à Paris en 1959, après avoir étudié à l'Académie des Beaux-Arts de Liège. Dans les années 70, il réalise des livres d'artiste, et participe ensuite au mouvement "Nouvelle Pigmentation" à Paris. Il accompagne par ses interventions picturales, des textes de poètes, et développe parallèlement, sa recherche dans le monochrome.

De nombreuses donations ont été réalisées à partir de 1996, à Liège au cabinet des Estampes, puis en 2011 et en 2013 à la Bibliothèque nationale de France. Ou encore en 2014 au Musée du dessin et de l'estampe originale à Gravelines.

Rencontre avec Françoise Gaillard-Herman, son épouse

Vous avez vécu au quotidien, l'accomplissement du travail de Jean-Luc Herman ?

A partir de 1969, mais chaque exposition est quelque chose de neuf, parce que le regard que la galeriste porte sur l'oeuvre est chaque fois différent. Et je vois des nouveautés à chaque accrochage, ce qui me donne l'occasion de revoir l'oeuvre de Jean-Luc de façon plus globale. Les oeuvres que j'aurais pu regarder de manière isolée, retrouvent une cohérence par rapport à d'autres oeuvres. Cela offre des ouvertures vers des formes différentes.

 

Le monochrome c'est plus qu'une couleur unique. Ces couleurs chatoient devant le regard, il y a la transparence, c'est plein de nuances dans la couleur, et l'accessibilité est extraordinaire ?

Oui l'accessibilité est énorme, dans la même couleur il y a des milliers de nuances et d'épaisseurs. Et puis la richesse de la technique, avec le travail du pinceau, l'eau forte, la gravure, la lithographie, donc à couleur égale, à forme égale, la matière n'est jamais la même. Ce qui donne des oeuvres uniques d'une certaine manière. Et estampe est un mot générique. En peinture il a utilisé l'huile mais pas très longtemps, et une huile assez légère. Egalement la tempera, qui est de la gouache à l'oeuf, l'acrylique, très peu l'aquarelle et beaucoup le pastel. Les premiers travaux des années 1970, jusqu'en 1976, étaient des pastels inspirés par la nature. Avec beaucoup de distance, mais on reconnaissait des vallons et des bords de mer. Et puis il s'est remis au pastel, avec les oeuvres que l'on peut voir, qui sont sur papier marouflé sur toile. Ce qui forme un ensemble.

 

L'écriture est présente dans certaines oeuvres, évoque-t-elle quelque chose de précis ? C'est de la poésie, du Haïku ?

Il s'était beaucoup intéressé à titre personnel, lorsqu'il a travaillé pour Gallimard, dans la collection "L'univers des formes" dirigée par Malraux, aux écritures mésopotamiennes, pour la conception de l'ouvrage : Assur, Sumer et la Perse. Puis plus tard il a rencontré dans un festival de poésie, à Orléans, un poète Touareg. Et il a trouvé dans cette écriture Touareg, utilisée pour écrire sur le sable et sur les rochers, des signes qui l'intéressaient. Donc à partir de là, il a demandé à un poète Touareg, d'écrire un poème en Touareg, et lui a demandé quelle couleur il souhaitait qu'il appose à côté du texte. Là le poète lui a demandé de la couleur bleue, parce que c'est une couleur qui figure dans les lumières du désert; le rose, l'oranger et très souvent le bleu.

Ensuite il s'est intéressé aux autres écritures et chaque fois ce fut un poème différent, traduit vers le Français par le poète lui-même, et les accompagnements sont en sérigraphie. 

 

On sent que chaque fois c'est un travail riche en rencontres et en émotions à travers le voyage et l'histoire ?

Oui le voyage et l'histoire, et aussi avec les ateliers où il a travaillé, notamment l'atelier "Pousse Cailloux" près de Narbonne dans le sud-ouest. C'est un véritable échange entre l'atelier et le technicien, qui conseille, oriente, et ce n'est jamais un travail individuel, c'est toujours une collaboration.

Galerie Rive Gauche, rue de la Croix à Namur, jusqu'au 15 avril

 

 

 

 

 


Les expos en images

D'Art d'Art
D'Art d'Art
1min 58s

D'Art d'Art

Le voyageur

D'Art d'Art
D'Art d'Art
1min 57s

D'Art d'Art

Femme assise

D'Art d'Art
D'Art d'Art
1min 58s

D'Art d'Art

La Vénus

La revue de presse de Sébastien Ministru
La revue de presse de Sébastien Ministru
6min 49s

La revue de presse de Sébastien Ministru

KidZania, un parc d’attraction pour enfants où ils peuvent s’amuser à travailler et découvrir le monde merveilleux du supermarché ou de la banque