Irak: le site antique de Nimroud très endommagé après sa reprise

Irak: le site antique de Nimroud très endommagé après sa reprise
Irak: le site antique de Nimroud très endommagé après sa reprise - © SAFIN HAMED - AFP

Les forces irakiennes ont repris le site antique de Nimroud, qui a été très endommagé par le groupe djihadiste Etat islamique (EI), a constaté mardi un journaliste de l'AFP.

Des statues gisent à terre, détruites, un palais reconstruit est dévasté et un ziggurat (un édifice à degrés d'environ 50 mètres de haut) a été réduit à une fraction de sa hauteur.

Les forces irakiennes ont annoncé dimanche avoir repris aux djihadistes Nimroud, jadis joyaux archéologique, dans le cadre de l'offensive appuyée par la coalition internationale dirigée par Washington visant à reprendre à l'EI Mossoul, son bastion en Irak.

L'EI s'était emparé de Nimroud et d'autres pans de territoire comme Mossoul lors d'une offensive éclair en 2014, et les forces irakiennes ont depuis repris une bonne part du terrain perdu, en dehors de la grande ville du nord de l'Irak.

La communauté internationale s'était alarmée au printemps 2015 lorsque l'EI avait diffusé des images montrant des djihadistes détruire au bulldozer, à l'explosif ou à la pioche des monuments, des bas-reliefs et des statues de Nimroud.

L'ancienne cité antique assyrienne est l'un des sites archéologiques les plus célèbres d'Irak, pays souvent décrit comme le berceau de la civilisation.

Fondée au XIIIè siècle avant JC, elle est considérée comme la deuxième capitale de l'empire assyrien. Le site, sur les bords du fleuve Tigre, est à une trentaine de km au sud de Mossoul.

Nimroud est l'un des sites historiques, avec Palmyre en Syrie ou Hatra également en Irak, que l'EI a pris pour cible.

Les djihadistes justifient la destruction de tels sites pour des raisons religieuses, affirmant éliminer des "idoles".


Belga