In the Eye of the Storm : le changement climatique vu des Caraïbes au centre d’art Z33 à Hasselt

Comment les artistes originaires des Caraïbes réagissent-ils au changement climatique ? In the Eye of the Storm à la Maison d'Art Actuel Z33 rassemble le travail de plus de 10 artistes des Caraïbes, venus e.a. de Porto Rico, Haïti, de Guadeloupe, Martinique et de la diaspora antillaise. Les ouragans dévastent la nature, détruisent les habitations, les infrastructures et tuent les hommes. Ce chaos à répétition impacte les communautés condamnées à reconstruire encore et encore.

13 images
Jean-Luc de Laguarigue, series Nord-Plage, 2001–2014. Courtesy the artist. © Tous droits réservés

La saison des tempêtes tropicales et des ouragans s’étend de juillet à novembre. En 2017, les Caraïbes subissent 10 ouragans dont Irma et Maria de catégorie 5. Résultat, 200 milliards de dollars en dégâts et plus de 3300 morts, dont un bilan officiel à Porto Rico pour Maria de 2975 morts. Les artistes traduisent cette violente réalité de façon poétique et métaphorique.

13 images
Allora &Calzadilla, Graft, 2019 © Xavier Ess/RTBF

Le parcours d’exposition s’ouvre sur un sol jonché de milliers de fleurs jaunes de catalpa, fabriqués à la main, qu’on dirait soufflée par le vent à l’intérieur du Z33. Ces fleurs représentent les sept stades de la décomposition. Graft, du duo Allora &Calzadilla travaillant à Porto Rico, renvoie à l’épuisement systématique de la faune et la flore des Caraïbes. Beatriz Santiago Munoz a filmé le monde dévasté après le passage de l'ouragan. Elle renforce l'impression de chaos en filmant les scènes à l'envers ou en décalant la caméra.

13 images
Beatriz Santiago Munoz, Gosila, 2018 video still © Xavier Ess/RTBF

Rituels

Le syncrétisme religieux, la fusion de croyances et pratiques animistes comme le vaudou et chrétiennes, bien présent dans les Caraïbes, s'exprime dans la video The Whole World is Turning d'Ada M.Paterson (Barbades) qui figure un rituel d'accueil de l'ouragan avec un récit sur la façon dont la crise climatique déstabilise une communauté. Quant au portoricain Daniel Lind-Ramos, il présente deux sculptures imposantes, à la fois autel, personnage et totem, constitués de matériaux quotidiens comme des fèves de cacao, des cuillers, des filets de pêche, des casseroles etc. Maria de los Sustentos (Marie des substances) évoque tant la Vierge Marie que l'ouragan Maria qui fit près de 3000 morts. La plupart moururent par manque de soins, d'eau potable et d'électricité. Une évocation des connaissances ancestrales sur l'utilisation des matériaux de base pour sa survie.  

13 images
Ada M.Paterson, The Whole World is Turning, 2019 video still © Xavier Ess/RTBF
13 images
Daniel Lind-Ramos, Maria de los Sustentos, 2020. © Xavier Ess/RTBF
Daniel Lind-Ramos, Figura Emisaria, 2020. Courtesy the artist and Max Levai. © Tous droits réservés

Tempête intérieure et vent de révolte

L'énergie meurtrière de la nature provoque des tempêtes dans les esprits qui poussent à refuser la fatalité d'une part et réclamer justice et développement d'autre part. Manuel Mathieu, de la diaspora haïtienne, occupe une salle entière avec de grands tableaux et une installation faite de lambeaux de tissus brûlés, Transient, qui évoque la fugacité des choses. Les impressionnants tableaux grands formats dégagent la sensation d'un bouillonnement d'énergie dans un tourbillon de formes colorées. L'artiste puise son inspiration dans son pays d'origine, Haïti, dévasté par les catastrophes naturelles, cyclone et tremblement de terre, et une instabilité politique qui génère désolation et violence au quotidien.

13 images
Manuel Mathieu, Transient (work in progress) , 2021 (détail) © Xavier Ess/RTBF
13 images
Manuel Mathieu, Wind Chime, 2015. Courtesy the artist and Maruani Mercier Gallery, Belgium. © Tous droits réservés

Loin de la résignation, les haïtiens se cherchent un avenir sans corruption, sans gangs, sans pauvreté où le feu du combat sera celui de la renaissance. The Wake, le réveil, est un tryptique video du collectif The Living and the Dead Ensemble établi en Haïti, et co-produit entre autres par le Z33 et le Kunstenfestivaldesarts. Un cri polyphonique en prise directe avec l'actualité. La video intègre des images des manifestations contre la corruption et la misère de février 2019. Certaines ont réunis un million de personnes.

13 images
The Living and the Dead Ensemble, The Wake, 2021. Video still. Courtesy the artists. © Tous droits réservés

In The Eye of The Storm a un double intérêt: celui de nous faire découvrir des artistes caribéens contemporains peu montrés en Europe et celui d'amener à la conscience du spectateur, par la poésie et la métaphore, une réalité meurtrière au-delà des jolis prénoms donnés aux cyclones et ouragans.

Rendre à la nature ce qu'elle nous donne

Le Z33, Maison d'Art Actuel mais aussi de Design et d'Architecture, prolonge l'exposition par un volet centré sur l'usage des ressources naturelles dans un processus circulaire. Grounds for Return présente le travail artistique et de recherche sur les biomatériaux de la ghanéo-philippine, spécialiste en architecture, Mae-ling Lokko. Elle développe entre autres des panneaux muraux de mycelium, l'ensemble des filaments dans le sol qui assurent la croissance du champignon. Mycelium alimenté par des déchets naturels. Depuis 2011, elle étudie le recyclage des déchets de coques de noix de coco au Ghana pour des applications de matériaux de construction. Une vision d'avenir qui vient clore un parcours d'une grande pertinence. 

 

13 images
Mae-Ling Lokko,, mur de mycelium © Xavier Ess/RTBF
Mae-Ling Lokko, CASE Chale Wote Upcycling Pavilion, Ghana Studio, 2016 © Sarah+Reynolds

En pratique :

In The Eye of The Storm - Grounds For Return

Du 26.09 au 09.01.2022

Z33, Maison d'Art Actuel, de Design et d'Architecture

Bonnefantenstraat, 1  - 3500 Hasselt

 

13 images
Mae-ling Lokko, Lone Survivors Tikobo © Mae_ling_Lokko