Ikonikat : l'art du regard

Ikonikat : les regards sur l'Art
3 images
Ikonikat : les regards sur l'Art - © Ikonikat

Comment un visiteur perçoit une oeuvre d'art ? Qu'est-ce qui est le plus important pour lui ? Est-ce que cela dépend d'un regard à l'autre ? Les chercheurs du CNRS français essayent une nouvelle technique pour le découvrir.

 

Le Centre National de la Recherche Scientifique français (CNRS) a développé le programme "IKONIKAT" pour "ikonik analysis toolkit" (littéralement "boîte à outils d'analyse iconique"). Les chercheurs testent une nouvelle manière d'appréhender le regard d'un spectateur sur une oeuvre. Une tablette numérique qui reproduit une oeuvre entre les mains, celui-ci doit entourer les zones qui lui semblent les plus importantes, les symboles, en traçant des lignes, en encerclant... C'est la première fois en France que cette technique est utilisée (comme nous l'avions vu ici), au détriment de l'eye-tracking, une caméra de détection des mouvements oculaires ou du simple questionnaire à remplir avec des mots. Mais l'intérêt ici est surtout la singularité de chaque regard. Ce projet met en valeur toutes les perceptions et des fois les regards les plus neufs sont ceux qui aident le plus les scientifiques.

 

Les chercheurs récoltent en ce moment les données de l'exposition "Le Mystère Le Nain". En effet, IKONIKAT a été laissée à disposition des visiteurs du Louvre-Lens du 22 mars au 26 juin. Après avoir répondu aux interrogations des chercheurs, les spectateurs pourront à leur tour poser leurs questions. Un tel outil semble mettre en avant les différences de perception d'un regard à l'autre. 

 

" Ikonikat permet de voir comment adapter le discours muséal aux différents publics. Les recherches questionnent la manière de présenter les œuvres ", explique le sociologue Mathias Blanc, pour le Journal du CNRS

 

 

Le regard aiguisé d'un adulte averti ou d'un enfant qui aurait eu un cours d'Histoire de l'Art va avoir une lecture symbolique et classique d'un tableau : il va rechercher les zones mises en lumières, là où le protagoniste regarde s'il y en a un, la représentation de symboles en fonction des époques etc. Mais un regard plus neuf permet aussi d'orienter les chercheurs sur des aspects d'interprétation parfois moins évident. Et c'est souvent là que la surprise d'une découverte a lieu, quand un spectateur découvre un nouvel objet dans une zone d'ombre...