Holocauste - mise en ligne de deux banques de données sur les oeuvres d'art volées par les nazis

Une oeuvre de Gustav Klimt
Une oeuvre de Gustav Klimt - © AFP PHOTO/Dieter Nagl

Deux importantes banques de données sur les oeuvres d'art appartenant à des juifs et volées par les nazis ont été mises en ligne à l'occasion de la Journée mondiale de commémoration de l'Holocauste, le 27 janvier.

A l'initiative du Getty Research Institute à Los Angeles, il est maintenant possible, d'un clic sur internet, d'obtenir des informations sur la provenance de tableaux litigieux, que ce soit des oeuvres de Lucas Cranach, d'Edward Munch ou de Gustav Klimt.

Sous le titre "German Sales 1930-1945", 2.600 catalogues de ventes aux enchères de cette période en Allemagne, Autriche et Suisse, avec près d'un million de données dont 250.000 sont déjà en ligne, seront disponibles sur internet. "Cela change la donne" pour la recherche d'informations sur des oeuvres d'art volées par les nazis, a estimé l'historien d'art autrichien Christian Huemer, coordinateur international de "German sales 1930-1945".

Les données concernent des oeuvres d'art que des juifs, sous la pression des nazis, avaient été contraints de vendre aux enchères pour financer leur exil ou celles acquises par des collectionneurs nazis ayant racheté à vil prix des galeries appartenant à des juifs et vendues après 1945 aux enchères par les Représentations commerciales de l'URSS. Il est possible de retrouver des informations, non seulement sur la provenance des oeuvres, mais aussi sur la date de la vente, leur prix et sur l'acheteur, ainsi que sur les commentaires artistiques figurant dans ces catalogues.

Les informations sur les acheteurs proviennent soit "d'annotations manuscrites dans les catalogues, soit d'informations publiées par la revue allemande spécialisée de l'époque Weltkunst ou encore de rapports de l'Office culturel du Reich (Reichskulturkammer)", a précisé Christian Huemer.

Dans le même esprit, Le Fonds national autrichien (Nationalfonds der Republik Österreich), en charge depuis 2001 de l'indemnisation de familles juives victimes de l'Holocauste, a mis en ligne les archives publiques sur "l'aryanisation" des biens juifs, les restitutions et dédommagements de l'après-guerre.

Le site propose dès maintenant 130.000 données des archives autrichiennes, tant sur les déclarations de patrimoine que les juifs avaient été contraints de faire après l'annexion (Anschluss) de l'Autriche par l'Allemagne en 1938 que sur le travail des Commissions de restitution après 1945. Sont aussi disponibles des annuaires historiques, avec nom et adresse, et des fichiers officiels d'enregistrement d'entreprises ou de commerces.


Belga