Le silence forcé de Big Ben exaspère Theresa May et plusieurs parlementaires britanniques

Big Ben
Big Ben - © DANIEL LEAL-OLIVAS - AFP

La Première ministre britannique Theresa May et plusieurs parlementaires se sont insurgés mercredi contre le silence imposé aux cloches de Big Ben pendant quatre ans pour travaux de rénovation, réclamant des solutions alternatives.

"Il n'est pas raisonnable que Big Ben soit réduite au silence pendant quatre ans", s'est indignée la cheffe du gouvernement, qui a exigé "d'urgence" une modification du calendrier des travaux, lors d'une visite à Portsmouth.

Le ministre chargé du Brexit, David Davis, a, lui, estimé que cette mesure était "dingue", rejetant les arguments selon lesquels ce délai doit permettre d'assurer la sécurité et la santé des travailleurs en charge des travaux.

Le député conservateur James Gray a jugé "complètement fou" que les cloches cessent de fonctionner pendant aussi longtemps.

Les travaux avaient pourtant été approuvés par plusieurs votes à la Chambre des Communes mais la durée de la période de silence forcée n'avait pas été précisée aux parlementaires.

"À la lumière des inquiétudes exprimées par un certain nombre d'élus, la commission de la Chambre des Communes va réévaluer la durée pendant laquelle les cloches resteront silencieuses", a indiqué un porte-parole du Parlement.

Les "bongs" de Big Ben "font partie intégrante de la vie parlementaire, et nous nous assurerons qu'ils pourront retrouver leur rôle de gardien du temps de la nation aussi vite que possible", a-t-il précisé.

Il a néanmoins réaffirmé que dans un premier temps, "les cloches cesseront de sonner, comme prévu, après le carillon de midi, ce lundi 21 août".

Les travaux de rénovation concernent le mécanisme de l'horloge, qui fonctionne depuis 157 ans et retentit tous les quarts d'heure, ainsi que la tour Elizabeth qui l'abrite.