Garry Winogrand, le chroniqueur oublié de l'Amérique d'après-guerre

New York vers 1962. The Winogrand Archive, Center for creative photography
New York vers 1962. The Winogrand Archive, Center for creative photography - © ©he Estate of Garry Winogrand, courtesy Fraenkel Gallery, San Francisco

Le Jeu de Paume présente la première rétrospective depuis 25 ans de ce photographe américain, considéré par les spécialistes comme l'un des acteurs majeurs de la photographie de rue aux Etats-Unis.

Mort prématurément à l'âge de 56 ans, il a laissé derrière lui une masse de travail inachevé comme 6.500 bobines, qu'il n'a jamais vues ainsi que des planches-contacts jamais tirées. C'est pourquoi la moitié des clichés montrés lors de l'exposition n'ont jamais été montrés ni publiés et plus de 100 n'ont jamais été tirés.

Première rétrospective depuis 25 ans, cette exposition sert de première analyse sur son travail.

Divisée en trois parties, elle couvre plusieurs thèmes récurrents dans le travail de Garry Winogrand. Dans "Descendu du Bronx", on trouve des photographies prises en grande partie à New York entre 1950 et 1971. "C'est l'Amérique que j'étudie" propose des clichés pris à la même époque, mais en dehors la Grosse Pomme. Enfin, l'ultime section, "Une fin incertaine", porte sur la période où il quitta la ville en 1971 jusqu'à sa mort. On y découvrira la Californie, Miami, le Texas et Chicago.

Pour donner vie au photographe, qui avait la réputation d'être exubérant et impétueux, les visiteurs pourront rencontrer Garry Winogrand à travers les extraits d'une vidéo réalisée en 1977.

 

("Garry Winogrand", du 14 octobre 2014 au 8 février 2015 au Jeu de Paume à Paris 8e)

 

AFP Relax News

Et aussi