Feu vert au tunnel routier de Stonehenge malgré les protestations

Site de Stonehenge
Site de Stonehenge - © CHRIS J RATCLIFFE - AFP

Les druides et les archéologues ont eu beau protester, le projet de construction d'un nouveau tunnel routier près du site de l'Âge de pierre de Stonehenge, dans le sud-ouest de l'Angleterre, classé au patrimoine mondial de l'Unesco, a été approuvé mardi par le gouvernement britannique.

Censé décongestionner un axe routier important est-ouest et d'un coût de 1,6 milliard de livres (1,8 milliard d'euros), le tunnel, long d'environ 3 km, a déjà changé de parcours face aux protestations. Mais l'Alliance de Stonehenge, un groupe d'ONG, prétend qu'il va quand même causer "des dégâts graves et irréparables au paysage archéologique".

"Le projet doit être repensé de fond en comble, et non simplement modifié, avec la menace d'endommager gravement ce paysage iconique", souligne Kate Fielden, de l'organisation non gouvernementale Campagne de protection de l'Angleterre rurale, membre de l'alliance.

Mais d'autres ONG réputées telles que English Heritage et National Trust ont approuvé le plan.

"Nous saluons le parcours modifié et pensons qu'il peut, conçu et réalisé avec le plus grand soin, apporter une contribution au patrimoine mondial et restaurer la paix et la tranquillité au paysage de Stonehenge", ont-elles souligné dans un communiqué.

Le tunnel va en effet faire disparaître une route déjà existante, qui sera donc enterrée.

Le secrétaire d'Etat aux Transports Chris Grayling a souligné que "des déplacements plus rapides, sans embouteillages, et de l'air plus pur vont profiter à la population et à la croissance touristique".