Expo : Sébastien Bonin se joue de l’Histoire de l’Art au Botanique

A l’heure de la multiplication exponentielle des images grâce au numérique et aux réseaux sociaux, la question de l’original et de la copie est dépassée. L’artiste belge Sébastien Bonin nourrit sa peinture de cette réalité : il glane des images et des idées dans les livres d’histoire [de l’art] comme dans les romans, lors d’une émission de radio ou dans un podcast, comme l’écrit Charlotte Friling dans le guide du visiteur. Titre de cette exposition : Documenti !

9 images
Sébastien BONIN - Chaise musicale, 2019 ©  Courtesy Michel Rein
Sébastien BONIN -Dialogue n°1, 2019 © Courtesy Michel Rein

Sébastien Bonin est un poète qui s’est créé une panoplie d’outils : les images, les mots, les techniques, les supports et son histoire personnelle pour créer des œuvres aux interprétations diverses. Que chacun·e vivra par le mystère, l’interprétation ou le jeu des références. La toile " qui trompe-t-on ici " (2019) – l’affiche à l’exposition – représente une accumulation de récipients qui font immédiatement référence au peintre Morandi, mais placée à la verticale. Sébastien Bonin expérimente. " Il faut se soumettre aux règles du jeu, mais les prendre pour ce qu’elles sont " dit-il.

9 images
Sébastien BONIN - Saint Michel tuant le dragon, 2019 © Courtesy Michel Rein
Sébastien BONIN - Ingredients n°9, 2019 Courtesy Michel Rein © Courtesy Michel Rein
9 images
Sébastien BONIN - exhibition view © Michel Mazzoni

Sébastien Bonin laisse des blancs… à nous de les remplir

Il y a beaucoup de blanc dans les œuvres de Bonin. Le blanc du recouvrement de la toile, partiel et avec plus ou moins de transparence, pour ne laisser voir qu’une partie du tout, un mot de la phrase entière… Des ailes qui peuvent évoquer l’enlèvement de Ganymède et qui sont en fait liées au logo des cigarettes St-Michel, souvenir de l'artiste. Ou encore des pelures d’orange pour nous ramener à Cézanne. Ou alors l’éphémère de toute chose comme dans une vanité suggérée…

 

Dans la série des " hésitations ", l’artiste a peint des affiches d’exposition impossibles qui combinent une image sans rapport avec le nom de l’artiste, lui-même sans rapport avec le titre d’une exposition bien réelle d’un artiste différent.

Ainsi le peintre américain abstrait Ellsworth Kelly serait l’auteur d’un Van Gogh exposé au Jewish Museum of Belgium. Et le choix de cette combinaison, qui restera un mystère pour le spectateur·trice, n’est évidemment pas le fruit du hasard pour Sébastien Bonin qui s’appuie sur son histoire personnelle, ses désirs, ses fantasmes pour construire ce qui peut apparaître comme des associations libres, chères à la psychanalyse. Mais n’est-ce pas l’essence même de la poésie ?

9 images
Sébastien BONIN - Ellsworth Kelly (ou l’hésitation numéro XIV), 2019 © Courtesy Michel Rein

Informations Pratiques

Exposition DOCUMENTI de Sébastien Bonin

Du 20.02 au 19.04 au Botanique Museum

236, rue Royale – 1210 Bruxelles – Métro Botanique

9 images
Sébastien BONIN - Edgard Tytgat (ou l’hésitation numéro VII), 2019 © Courtesy Michel Rein
Sébastien BONIN -Georg Baselitz (ou l’hésitation numéro XVI), 2019 © Courtesy Michel Rein