Etres et avoirs à Tournai : quand les ados nous parlent de leurs objets fétiches

Un musée, des ados et une expo qui parlera à tout le monde.
6 images
Un musée, des ados et une expo qui parlera à tout le monde. - © Katherine Longly

Un gilet tricoté par grand-mère, les clés de la maison, un livre ou même un téléphone. Certains objets prennent de la place dans nos vies et en particulier chez les adolescents. Fin janvier, l’exposition "Êtres et avoirs" montrera ces liens entre les gens et les choses. Un projet entamé en janvier 2019 par la Compagnie What’s Up avec des élèves de la fin du secondaire. Ça aurait dû être un spectacle, mais finalement, cela prendra la forme d’une déambulation animée au Musée des Beaux-Arts de Tournai.

"On n’y croyait plus. Mais même si on a dû réadapter mille fois le projet, il va finalement se faire. Dans ce superbe bâtiment Horta, en plus...", se réjouit Héloise Meire, metteuse en scène. "On se rend compte qu’on a beaucoup de chance. On est vraiment passés entre les mailles du filet. Vu que les musées sont ouverts, on a le droit de faire le projet. Si on avait fait ça sur une scène de théâtre, ça n’aurait pas été possible…"

Combien de téléphones avez-vous eus ?

Pour interroger nos rapports aux objets, l’exposition commencera par un quiz. "Combien de téléphones avez-vous eus jusqu’à présent ?" Une question parmi d’autres pour profiler les visiteurs à l’entrée et les ranger en catégories : Pratico-Pratique, Bling-Bling, Vintage ou Connectée. L’exploration peut alors commencer. Le visiteur découvre un lapin rose, un bocal de confettis, une chaîne de baptême… Leur histoire, réelle ou imaginée, leur est racontée par des élèves.

 

"Il y a quelques années, mon papa m’a offert une montre à Noël avec un bracelet gris. Chaque matin, je la mettais et je pensais à mon papa qui me manque parce qu’il habite loin de moi…" Les élèves de l’Athénée  Campin (section arts d'expression) et de l’IPES (section arts plastiques) profitent du jour de fermeture du musée pour venir y prendre leurs repères et préparer leurs interventions. "Ça nous stresse un peu, mais c’est une bonne occasion d’apprendre à parler devant un public", explique Ambrine. Un objet important à ses yeux ? "Une chaîne qui appartenait à mon grand-père". Camille, elle, malgré son âge n’a pas totalement délaissé ses poupées Monster High. Hugo, lui, garde au poignet un bracelet de festival, "un bon souvenir d’avant le Covid".

Marie, en direct depuis… sa chambre

Dans une autre salle, des élèves se réapproprient des histoires qu’ils ont collectées, les écoutent au casque et les restituent aux visiteurs : "un drapeau Pride que j’ai eu de ma cousine, un des premiers trucs que quelqu’un a fait pour me soutenir…" Des objets qui encouragent et d’autres qui font mal comme ce bouchon de bain douloureux ou ce cadeau d’anniversaire volé. Au-delà des histoires racontées, il y aura des installations photos, vidéos et plastiques. "Là, on coud des vêtements typiques d'adolescents qu’on a récupérés. On va les placer sur une grande structure", explique Carmen. Les différents styles vestimentaires des ados seront aussi représentés et les adultes pourront tenter un relooking.

Deux cents cinquante jeunes ont accepté de photographier leur chambre et la montrer aux spectateurs… Et certains vont encore plus loin comme Marie, qui interviendra en direct de sa chambre un des soirs de l’expo pour y répondre aux questions des visiteurs sur les objets qui l’entourent. "Chez moi, la chambre, c’est le confort. J’y vais pour me détendre après la journée d’école. Il y a un piano, une guitare et même un chat !"

Des objets qui parlent à tout le monde

"Chacun va pouvoir se questionner sur son adolescence, son rapport aux objets", explique Annaëlle Kins, coordinatrice artistique de la Maison de la Culture de Tournai. "Des objets qui ont fait leur chemin dans nos vies, ceux qui sont restés, ceux qui ont disparu… Ça va réveiller chez chacun de nous de beaux questionnements."

Pour ce projet, quatre artistes accompagnent la trentaine d’étudiants tournaisiens : Hubert Amiel, photographe et vidéaste, Cécile Hupin, scénographe et autrice, Katherine Longly, plasticienne, photographe et anthropologue et Héloïse Meire, metteuse en scène. Après cette expo, la compagnie What’s Up poursuivra sa trilogie "L’objet de mon attention" par un spectacle intitulé "Ce qui restera" à voir si tout va bien en octobre 2021 à la Maison de la Culture de Tournai.

Etres et Avoirs : une exposition déambulatoire dans le Musée des Beaux-Arts de Tournai. À vivre du mardi 26 au vendredi 29 janvier de 17 heures à 21 heures Entrée toutes les dix minutes par groupes de huit. Réservations obligatoires auprès de la Maison de la Culture de Tournai.

Ecoutez notre reportage audio sur "Êtres et Avoirs":