Enchères art contemporain : la Chine monte en puissance

L'artiste chinois Zeng Fanzhi
L'artiste chinois Zeng Fanzhi - © FRANCOIS GUILLOT - BELGAIMAGE

La Chine a pris la tête du marché mondial des enchères d'art contemporain entre juillet 2013 et juillet 2014, devant les États-Unis, selon les chiffres d'Artprice, numéro un mondial des données sur ce secteur.

Avec 811 millions de dollars contre 752 millions pour le rival américain (601 millions d'euros contre 552 millions), la Chine a réalisé 40% des recettes mondiales et son résultat est en progression de 42% par rapport à la période précédente.

Au coude à coude l'an dernier avec 33,7% de parts de marché, les deux grandes puissances réalisent ensemble plus des trois quarts (78%) des recettes mondiales.

"Il se vend autant d'oeuvres en Chine qu'aux États-Unis, Royaume-Uni et France réunis", note Artprice.

Au total, pas moins de 47 Chinois figurent au Top 100 des artistes classés par chiffre d'affaires, contre 19 Américains seulement, et les artistes chinois représentent plus de 39% des recettes.

Six villes chinoises figurent dans les dix places les plus dynamiques pour la vente d'oeuvres contemporaines.

Si New York reste sans conteste la capitale du marché mondial (avec 541 millions d'euros de résultat), Pékin est passé en deuxième position (299 millions d'euros) reléguant Londres à la troisième place. Shanghai, dont les recettes sont en hausse de 65%, se hisse à la cinquième place, devançant Paris, désormais talonné par Guangzhou (sud).

 


Belga