"Diplomatie de l'art" entre la Cité interdite et les Musées du Vatican

Place Saint-Pierre, Vatican
Place Saint-Pierre, Vatican - © TIZIANA FABI - AFP

La Cité interdite et les Musées du Vatican échangeront au printemps une quarantaine d'oeuvres chacun pour des expositions, un événement qui s'inscrit dans la normalisation à petits pas des relations diplomatiques entre la Chine communiste et le Vatican.

Le Vatican et Pékin n'ont plus de relations diplomatiques depuis 1951 mais depuis son élection en 2013, le pape François cherche à se rapprocher du gouvernement chinois, espérant rétablir le lien avec les catholiques de Chine, sur fond d'essor du christianisme dans le pays.

"Je suis fermement convaincu que l'imminente +exposition sino-vaticane contemporaine+ ouvrira un nouveau chapitre dans les échanges culturels entre le peuple chinois et le Vatican", a déclaré mardi sans ambiguïté Zhu Jiancheng, secrétaire général du "China culture investment fund" dans la salle de presse du Vatican.

Plus sobrement, Mgr Paolo Nicolini, délégué administratif des Musées du Vatican, a noté que l'art était "un lien de rencontre et de connaissance, un instrument de dialogue entre cultures et religions".

Parmi les quarante oeuvres prêtées par le Vatican, 38 proviendront des antiques collections chinoises de son musée "Anima Mundi" et une oeuvre sera issue de la pinacothèque vaticane. S'y ajoutera une peinture du jeune artiste chinois Zhang Yan offerte au pape.

L'exposition prévue en mars dans la Cité interdite de Pékin voyagera ensuite dans quatre autres métropoles chinoises. "C'est la première fois que les musées du pape organisent une exposition avec les institutions culturelles en Chine", a précisé Barbara Jatta, directrice des musées du Vatican.

Parmi les oeuvres prêtées par la Chine et qui seront exposées au printemps au Musée ethnologique du Vatican, se trouveront douze pièces de l'artiste Zhang Yan.