Deux siècles de création artistique haïtienne exposés au Grand Palais

Marie-Hélène Cauvin "Bullet Proof Vest", 2007 encre, fusain, aquarelle, linotype sur papier 112 x 76 cm Montréal, collection de l’artiste
Marie-Hélène Cauvin "Bullet Proof Vest", 2007 encre, fusain, aquarelle, linotype sur papier 112 x 76 cm Montréal, collection de l’artiste - © Tous droits réservés

Difficile de ne pas évoquer Haïti sans évoquer le séisme qui l'a ravagé, il y a presque cinq ans. C'est sous l'angle de l'art que cette nation est abordée lors de l'exposition "Haïti, deux siècles de création artistique" couvrant le XIXème siècle à nos jours.

On ne lui connait pas une activité artistique forte mais c'est pourtant dès le début du XIXème siècle, au lendemain de son indépendance, que ce pays lance ses académies de peinture pour faire le portrait de ses dirigeants. C'est en 1944 qu'est fondé le Centre d'Art de Port-au-Prince, qui devient alors le centre de la vie artistique haïtienne. Le pays connait aussi ses mouvements surréalistes et touche à l'abstraction dans les années 1950.

L'objectif de cet événement est d'aller au-delà des stéréotypes que l'on porte au pays comme la peinture naïve ou les références magiques et religieuses. Il réunit une soixantaine d'artistes et plus de 160 œuvres, dont quelques-unes créées spécialement pour l'exposition.

Organisée autour de sept sections avec des artistes vivants à Haïti mais aussi en France, en Allemagne, en Finlande et aux Etats-Unis, l'exposition présentera entre autres une œuvre de Jean-Michel Basquiat mise en parallèle avec une pièce du peintre français d'origine haïtienne Hervé Télémaque. On remarquera aussi des pièces restaurées après le séisme, présentées pour la toute première fois.

 

("Haïti, Deux siècles de création artistique" du 19 novembre 2014 au 15 février 2015, dans les Galeries nationales du Grand Palais)

 

AFP Relax News

Et aussi