Des trésors archéologiques détruits en Irak et Syrie exposés au Colisée

Temple de Bel, Palmyre
Temple de Bel, Palmyre - © JOSEPH EID - AFP

Trois ouvrages d'art détruits ou endommagés en Syrie et en Irak ont été reconstruits à l'identique et présentés jeudi dans le cadre d'exception du Colisée à Rome, pour une exposition ouverte jusqu'au 11 décembre.

Le taureau androcéphale ailé de Nimroud (Irak) ainsi que les archives d'Etat d'Ebla et la moitié du plafond du temple de Bêl à Palmyre (Syrie) ont été détruits ces dernières années par des djihadistes de l'organisation Etat islamique (EI). Ils ont été reconstruits à l'échelle dans le cadre d'une initiative lancée par l'association "Rencontre de civilisations".

Les autorités archéologiques syriennes ont également fait parvenir en Italie deux statues endommagées par l'EI à Palmyre, "une première", selon Francesco Rutelli, président de "Rencontres de civilisations" et ancien maire de Rome. "Cela ne s'était jamais produit auparavant en temps de guerre", a-t-il assuré, évoquant "un corridor (humanitaire) pour les biens culturels". Ces deux sculptures seront restaurées en Italie après l'exposition et renvoyées en Syrie.

La reconstruction des trois autres trésors archéologiques a été réalisées grâce à des techniques modernes, avec l'utilisation d'imprimantes 3D, avec l'idée de démontrer la faisabilité du projet puis, un jour, organiser une reconstruction sur place.


Belga