Des témoignages de déportés européens du goulag réunis dans un musée virtuel

2 images
- © rtbf

Un musée virtuel sonore va désormais leur être consacré sur l'internet : des centaines de milliers d'Européens de l'Est ont été déportés au goulag, mais leurs voix ne s'étaient jamais fait entendre jusqu'ici.

Premier projet de cette ampleur à l'échelle européenne, ce musée virtuel est riche de 160 témoignages inédits de déportés d'Europe centrale et orientale, envoyés dans les camps de travail et les colonies spéciales du goulag, en URSS, entre 1940 et 1949, ont précisé à l'AFP ses concepteurs, le centre d'études des mondes russe, caucasien et centre-européen (EHESS/CNRS) de Paris et Radio France Internationale (RFI).

Intitulé "Archives sonores, mémoires européennes du goulag", il sera présenté à Paris vendredi et accessible le jour même sur la toile http://museum.gulagmemories.eu.

Il associe 13 chercheurs européens de 15 pays (France, Allemagne, Bélarus, Lettonie, Lituanie, Estonie, Hongrie, Italie, Kazakhstan, Pologne, Roumanie, Royaume Uni, Russie, république Tchèque et Ukraine), le Centre Marc Bloch de Berlin, le Cefres de Prague ainsi que le Centre franco-russe de recherches en sciences sociales et humaines de Moscou.

Ces chercheurs ont recueilli à partir de 2008 et pendant trois ans les témoignages de personnes âgées aujourd'hui de 75 à 94 ans, déportées dans les camps et les villages de Sibérie et du Kazakhstan lorsqu'elles étaient enfants. Ces témoins, enregistrés et filmés, puis traduits simultanément en trois langues (français, anglais, russe) "venaient des pays baltes, d'Ukraine occidentale, de Roumanie, Hongrie, Tchécoslovaquie ou Pologne. Ils ont été déportés entre 1940 et 1949 dans les goulags soviétiques", explique Alain Blum, directeur du centre d'études (EHESS/CNRS).

Belga