"Delvaux dévoilé" une exposition "non-conformiste" au Musée d'Ixelles

L'expo "Delvaux dévoilé" sera visible au Musée d'Ixelles du 23 octobre 2014 au 18 janvier 2015
L'expo "Delvaux dévoilé" sera visible au Musée d'Ixelles du 23 octobre 2014 au 18 janvier 2015 - © www.museedixelles.irisnet.be/

Une exposition consacrée à Paul Delvaux (1897-1994), l'un des artistes belges parmi les plus connus et appréciés sur la scène artistique internationale, se tiendra du 23 octobre au 18 janvier au Musée d'Ixelles.

Intitulée "Delvaux dévoilé", cette exposition propose aux visiteurs d'effectuer, en toute liberté, une promenade dans l'univers singulier de l'artiste. Non-conformiste et originale, elle invite ce même promeneur à revisiter une oeuvre au gré d'une mise en lumière ciblée autour de six grands thèmes omniprésents dans la production picturale du maître belge. : la féminité, le mystère, le rêve, l'évasion, la solitude et la théâtralité.

Soumis aux regard aiguisés de conservateurs et d'historiens de l'Art, d'un critique, d'un philosophe et d'un collectionneur, ces thèmes et leur approche particulière révèlent la richesse, la densité et la force poétique de celui que l'on a apparenté au mouvement surréaliste, dont il ne se revendiquait pas, s'appuyant davantage sur l'onirisme poétique.

Né à Antheit, dans la propriété de ses grands-parents maternels près de Huy, Paul Delvaux suit d'abord la filière "Architecture" à l'Académie des Beaux-Arts de Bruxelles (son père est avocat près de la Cour d'Appel de la capitale) mais sa passion pour la peinture va l'emporter. Ses premières toiles, souvent détruites par le peintre lui-même, seront post-impressionnistes, puis expressionnistes, sous l'influence de James Ensor.

Mais c'est en découvrant un tableau de De Chirico, "Mélancolie et mystère d'une rue" (1914) à l'occasion de l'exposition surréaliste "Minotaure" (1934) au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, qu'il va découvrit cette manière "libérée" de s'exprimer. René Magritte, Max Ernst et Salvador Dali vont en effet lui faire prendre conscience d'un nouvel univers où le rationnel, les conventions (sa famille était bourgeoise) et les interdits sont, sinon abolis, du moins largement tempérés par les voies de la poésie, de l'imaginaire et du symbole. Cela lui permettra de " colmater" ses anxiétés.

Sans jamais adhérer vraiment au mouvement surréaliste, il participera néanmoins à la grande Exposition internationale des Surréalistes à Paris en 1938. Mais son oeuvre sera avant tout marqué par un style très personnel. Outre ses trains et gares, ses ruines historiques, son univers industriel aride et les squelettes qui "hantent" parfois ses tableaux, il projette sur ses toiles l'image de femmes mystérieuses qui ont souvent le regard lointain et les yeux immensément grands, suscitant une certaine inquiétude.

En 1945, Paul Delvaux découvrira le village côtier de Saint-Idesbald (Coxyde) et il y résidera longtemps avant de rejoindre Furnes, où il décédera en 1994.

L'exposition, accompagnée d'un catalogue publié aux éditions "Snoeck" (224 pages, une centaine d'illustrations, 29 euros, disponible en français et en néerlandais), est accessible au public du mardi au dimanche de 09h30 à 17h00. Le Musée d'Ixelles est situé rue Jean Van Volsem, 71. Informations : Tél : 02-515 64 21


Belga

Et aussi