Delaunay, Picasso, Kandinsky... L'École de Paris s'expose à Bilbao

"Mandoline et guitare" (1924) de Pablo Picasso
5 images
"Mandoline et guitare" (1924) de Pablo Picasso - © Sucesión Pablo Picasso. VEGAP, Bilbao, 2016

Du 22 avril au 23 octobre 2016, le Musée Guggenheim de Bilbao (Espagne) proposera un accrochage consacré aux grands mouvements de l'art moderne du XXe siècle, allant du Cubisme au Surréalisme, regroupé sous l'intitulé de "L'École de Paris".

C'est dans la Ville Lumière que Delaunay a choisi de traduire ses visions en couleur et que Brancusi a repensé la sculpture, à l'image de cette foule d'autres artistes venus créer à Paris tels que Kandinsky ou encore Picasso. Capitale de la France, oui, mais aussi capitale de l'avant-garde européenne où se sont réinventés les arts et la littérature, en réponse aux nombreux changements sociaux, économiques et même technologiques.

L'antenne espagnole du Guggenheim rend hommage à l'École de Paris en présentant les œuvres de créateurs éminents, dont Modigliani, Picasso et encore bien d'autres.

Au total, c'est plus de 50 chefs-d'œuvre qui seront exposés, conçus dans les toutes premières années du siècle dernier jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale, date à laquelle de nombreux créatifs se retrouvent aux États-Unis, chassés par le fascisme et l'occupation de l'Hexagone.

"Panoramas de la ville : l'École de Paris , 1900 - 1945" est séquencé en trois pièces. La première évoque les différents usages du cubisme. Ainsi, Robert Delaunay y introduit la vie urbaine avec "La Tour Rouge". Chagall préfère le traduire à travers la nostalgie de son pays avec "Le Violoniste". Quant à Brancusi, il puise aussi dans ses origines avec "La Sorcière", inspirée par les légendes roumaines.

Les visiteurs pourront ensuite se plonger dans le surréalisme, né après la Première Guerre mondiale, période lors de laquelle Paris retrouve son rôle de capitale de l'art moderne. Les artistes sont alors inspirés des théories du fondateur de la psychanalyse, Sigmund Freud. Ainsi, Jean Arp et Joan Miró s'adonnent au dessin automatique alors que Max Ernst et Yves Tanguy associent des éléments saugrenus. Influencé par ces derniers, Alexandre Calder va travailler sur le mouvement et l'équilibre avec ses mobiles.

Enfin, la peinture abstraite de Vassily Kandinsky sera présentée. Peinture dans laquelle il illustre des formes géométriques et biomorphes qu'il avait développées alors qu'il était professeur au Bauhaus.

 

("Panoramas de la ville : L'École de Paris , 1900- 1945" du 22 avril au 23 octobre 2016 au Musée Guggenheim de Bilbao)