De Rembrandt à la sculpture africaine, le meilleur de l'art exposé à Maastricht

Rendez-vous incontournable des négociants d'art, The European Fine Art Fair, TEFAF, vient d'ouvrir ses portes aux Pays-Bas. Un salon également très attendu du grand public, pressé de découvrir des pièces exceptionnelles. Tour d'horizon des points forts de l'édition 2016

Plus sélectif que jamais, le TEFAF a retenu pour cette 29ème édition 269 exposants venus de 20 pays. Des antiquités classiques au design en passant par la peinture et les manuscrits, les meilleurs spécialistes présentent du 11 au 20 mars des pièces exceptionnelles devant un public de professionnels et de collectionneurs fortunés. Sans compter les amateurs d'art qui cette année? ont entrepris le voyage jusqu'à Maastricht pour découvrir un Rembrandt longtemps disparu du marché de l'art.

Rembrandt et Beuys comme têtes d'affiche

Œuvre très attendue, "L'Odorat " ou " Le patient inconscient " de Rembrandt a été découverte récemment et acquise lors d'une vente aux enchères en 2015 pour enrichir la collection Leiden, à New York. Présentée par la galerie Talabardon & Gautier, cette huile sur bois datée de 1624 est l'un des tous premiers tableaux du peintre hollandais. Celui-ci n'a pas fait l'objet d'une telle effervescence depuis la vente, il y a six mois, des portraits des époux Soolmans et Coppit à la France et aux Pays-Bas par la famille Rothschild.

Le salon met également à l'honneur Mark Kremer, écrivain et commissaire indépendant d'Amsterdam. Son exposition "Show Your Wound" fait référence à une sculpture de l'Allemand Joseph Beuys présentée il y a 40 ans dans un passage souterrain de Munich. A cette occasion, sept galeries explorent les thèmes de la mort, de la décomposition et du traumatisme. Un bel hommage pour celui qui est souvent considéré comme l'un des artistes les plus influents du XXème siècle.

Beaucoup d'intérêt aussi du public pour l'espace "Vitrine" qui réunit de nouvelles galeries telles que Pearl Lam, Buchmann ou Waddington Custot. Ce qui conforte la place occupée par l'art contemporain au TEFAF. Dans l'espace TEFAF Design, la présentation par la galerie Dansk Mobelkunst de deux chaises de bureau de l'artisan danois Hans Wegner (le "roi de la chaise") s'impose, elle, comme un des moments forts du salon.

Des collectionneurs passionnés

Le TEFAF demeure également l'occasion unique de mettre en avant des collections aussi rares que précieuses, constituées sur plusieurs années par des passionnés. Parmi les principales curiosités cette année: les dix-huit figures assises du peuple des Baoulés du centre de la Côte d'Ivoire, rassemblées par Bernard de Grunne. Mais aussi l'ensemble de douze chandeliers royaux regroupés par Helga Matzke, qui portent les poinçons de Berlin et Potsdam.

Les non initiés n'auront pas été négligés non plus et pourront découvrir les plus beaux objets décoratifs actuellement sur le marché. Nombreux sont ceux qui vont se presser pour admirer la jarre à anses égyptiennes ornée de flamands rose, datée de la période prédynastique (entre 3500 et 3300 avant JC). Une des plus anciennes pièces proposées au TEFAF. Les bijoux ont également la côte auprès du grand public, comme le collier du joaillier romain du XIXème Fortunato Pio Castellani, présenté par Alessandra di Castro.

La rencontre de ces différents univers devrait confirmer l'influence du salon qui a attiré plus de 75 000 visiteurs en 2015.