Cinq bronzes de Rodin, dont une épreuve du "Baiser", vendus aux enchères à Drouot

Cinq bronzes de Rodin issus d'une collection privée seront mis aux enchères le 16 février à l'Hôtel Drouot à Paris
Cinq bronzes de Rodin issus d'une collection privée seront mis aux enchères le 16 février à l'Hôtel Drouot à Paris - © Alexander Vasilyev/shutterstock.com

Cinq bronzes de Rodin, issus d'une collection privée, dont une épreuve du célèbre "Baiser" estimée 1,5 à 2 millions d'euros, seront mis aux enchères le 16 février à l'Hôtel Drouot à Paris par l'étude Binoche et Giquello.

Outre "Le Baiser" seront dispersées quatre autres épreuves fondues entre la fin des années 20 et les années 40 : "L'Eternel Printemps", "Le Bon Génie", "La Jeune Mère" et "L'Eternelle Idole", précise l'étude dans un communiqué.

Elles appartenaient au galeriste Jean de Ruaz, installé avenue de Friedland et spécialiste des artistes impressionnistes et post-impressionnistes. Fasciné par l'oeuvre d'Auguste Rodin, il met sur pied en 1946 une exposition rassemblant ses plus beaux bronzes, dont les cinq pièces mises en vente.

Ces épreuves ont toutes été exécutées par Eugène Rudier, fils d'Alexis Rudier, qui fut le fondeur préféré d'Auguste Rodin.

Fondue en 1927, l'épreuve du "Baiser" est "peut-être celle qui se rapproche le plus, de par sa taille (85,2 x 52,4 x 54,5 cm), du modèle original conçu pour orner la Porte de l'Enfer", précise l'étude. Le plâtre original conçu en 1885, dont ont été tirées 27 épreuves, est conservé au Milwaukee Art Center (Etats-Unis).

Autre pièce destinée à la "Porte de l'Enfer", "L'Eternel Printemps" est estimé 300.000/400.000 euros. Les autres épreuves vont de 30.000/40.000 euros à 80.000/100.000 euros.

Un ensemble de mobilier du décorateur français Paul Iribe, précurseur