Chabouté s'expose à Bruxelles... A ne pas rater!!!

Chabouté
7 images
Chabouté - © Chabouté

Du 7 au 17 novembre, c'est à la Place du Châtelain que cela se passe... Une exposition consacrée à un des plus grands auteurs du neuvième art et à son dernier ouvrage...

Depuis quelque vingt ans, Chabouté construit une œuvre profondément humaine, une œuvre qui ne cache pas ses influences, ses admirations plutôt, une œuvre dans laquelle le noir et blanc se révèlent somptueux, essentiels, une œuvre qui aime s’aventurer dans tous les domaines de la fiction et de la réalité, une œuvre qui, en finalité, se révèle inclassable, donc primordiale !

Dans sa bibliographie, riche d’une vingtaine de livres, j’avoue que j’aurais toutes les peines du monde à épingler un album plutôt qu’un autre… Dès son " Sorcières ", son style s’affirmait, tant dans le graphisme que dans la construction littéraire. Et puis, il y a eu " Purgatoire ", " Zoé ", " Landru ", " Construire un feu ", l’époustouflant " Tout seul ", l’émouvant et poétique " Un peu de bois et d’acier ", et tant d’autres livres, encore, qui tous me furent des bonheurs de lecture.

Lorsque je l’ai rencontré, à l’occasion de la sortie de son " Moby Dick ", je me suis retrouvé en face d’un créateur presque timide, pratiquant une solitude artistique lui permettant de prendre tout son temps pour dessiner, rompre la monotonie des heures qui passent, en racontant des histoires, en bd ou en illustrations, toutes axées, totalement, sur l’homme, ses défis, ses attentes, ses erreurs, ses beautés, ses laideurs, ses folies, ses sagesses.

Comès et Pratt sont incontestablement des auteurs dont il est l’héritier direct. Un héritier respectueux, mais qui n’a rien d’un simple suiveur, loin s’en faut !

Et si son talent se démesure dans ses albums de bande dessinée, il se fait plus discret mais tout aussi resplendissant dans ses illustrations qui, toutes, ressemblent à des envies qu’il a mises sur papier…

Dans cet artbook, on retrouve ainsi quelques bricoles, des crobards comme on disait il y a des années, des dessins vite jetés sur feuille blanche, comme pour les oublier, les jeter aux poubelles de la mémoire.

Et il est vrai que, bien souvent, avec des gens comme Blutch, par exemple, ces gribouillis édités manquent cruellement d’intérêt, osons le dire!

Mais chez Chabouté, comme chez Tardi en son temps avec ses chiures de mouche, ce n’est nullement le cas. En quelques traits, Chabouté parvient à saisir un instant, un mouvement, une mimique…

Et puis, dans ce livre, il y a ce que Chabouté appelle, depuis des mois sur sa page facebook, des " fonds de tiroir ". Des dessins qui font penser à ce qu’on pouvait dénicher, enfant, au fond des armoires et des tiroirs de nos grands-parents. Des feuilles froissées, parfois, mais qui, dépliées, révèlent des vrais trésors de sensibilité et de souvenir.

Et là, Chabouté se laisse totalement aller… Comment ne pas avoir, en même temps que lui sans doute, une impression de vertige devant ses réinventions d’un univers urbain dans lequel l’être humain semble sans cesse être à la recherche de son propre équilibre ?

Comment ne pas sourire devant ces chats qui, noirs, se perdent dans le décor pour mieux le mettre, peut-être, en évidence ? Ou devant ces personnages reconnus tout en étant réinventés, comme le grand Corto ou l’immense Tati ?

Comment ne pas rêver en lisant les textes qui, par ci par là, accompagnent les dessins… 

Il y a dans cet ouvrage bien des hommages. Des hommages extraordinaires, par exemple, au monde du Jazz. Aucun dessinateur ne parvient, comme Chabouté, à rendre compte ici du silence, là de la musique. On le savait en lisant ses albums traditionnels (même si ce mot ne correspond en rien à la réalité du talent de Chabouté), on découvre ici qu’en un seul dessin, cet artiste total est capable d’envolées lyriques ou tendres, de mouvances infinies ou de tendresses discrètes.

Oui, je ne peux pas le cacher, je sais… J’ai aimé Pratt, découvert quand j’étais gosse dans les pages de Pif Gadget… J’ai aimé Comès, dans les pages de " A Suivre "…

Et je pense, et je dis haut et fort que Chabouté est de leur race, de leur famille : cette famille de créateurs qui aiment le dessin, en font le feu de leur existence, et partagent ces flammes éphémères avec tout un chacun, pour le plaisir, tout simplement…

Cet Artbook n’est certes pas bon marché… Mais il se doit, absolument, de se retrouver dans toutes les bibliothèques de celles et ceux pour qui la bande dessinée n’est pas qu’une simple occupation pour gosses ou adultes fatigués !...

 

Jacques Schraûwen

Bricoles Gribouillis Artbook Fonds De Tiroirs (auteur : Chabouté – éditeur : Glénat/Vents d’Ouest en collaboration avec la galerie Huberty & Breyne - exposition à la galerie Huberty & Breyne jusqu'au 17 novembre, 33 place du Châtelain, 1050 Bruxelles))