Brafa 2017 : focus sur l'art cinétique et optique

The tetrahedrons, 1910 Paul Serusier (Paris 1864-1927 Morlaix)
14 images
The tetrahedrons, 1910 Paul Serusier (Paris 1864-1927 Morlaix) - © La Patinoire Royale

La Brussels Art fair, la Brafa édition 2017 s’ouvre ce samedi sur le site Tour et Taxis, à Bruxelles. Jusqu’au 29 janvier, 132 antiquaires et galeristes belges et étrangers proposent des œuvres en tous genres, archéologie, tableaux, art tribal, art contemporain et cette année un focus sur l’art cinétique et optique.

L’art Cinétique et optique sont des courants nés dans les années 60. Ils proposent des œuvres dont certaines parties peuvent bouger, grâce au vent, aux mouvements du spectateur ou tout simplement grâce à un moteur. L’art Optique joue sur les formes et les couleurs. Sur son stand La Patinoire Royale, Constantin Chariot présente plusieurs œuvres d’artistes représentatifs de ces formes d’art, notamment de Bury, Vasarely, et Julio Le Parc, invité d’honneur la Brafa.

Cette année encore, la peinture belge de la fin du XIXème et XXème siècle est bien représentée. Le stand de Francis Maere propose des œuvres de grands artistes comme Permeke artiste expressionniste, mais aussi des artistes de l’école de Laethem, près de Gand, ainsi que des Namurois et Bruxellois du début du siècle.

Le stand de la Fondation Roi Baudoin présente des tableaux acquis en 1917 : Van Dyck, Henri Van Evenepoel, Maurice Wyckaert….l’occasion pour le visiteur de découvrir comment la Fondation conserve le Patrimoine belge. Anne De Breuck coordinatrice générale

La Brafa attire beaucoup de galeristes étrangers. Jacques Germain vient de Montréal. Sur son stand, il présente des masques africains, des sculptures, il s’est spécialisé en art de l’Afrique subsaharienne.