BIP2020 : 7 péchés du capitalisme affichés dans les rues de Liège

BIP : 7 péchés capitaux dans les rues de Liège
3 images
BIP : 7 péchés capitaux dans les rues de Liège - © Tous droits réservés

Un peu partout dans les rues de Liège, des gravures originales noires et blanches fleurissent sur les murs, les abribus et poteaux. Allant toujours de pair, elles représentent l’un des sept péchés capitaux, mis en lien avec le capitalisme, et font partie d’une performance artistique initiée par deux jeunes artistes, dans le cadre de la Biennale de l’Image Possible (BIP) 2020.

Camille Dufour et Rafaël Klepfisch sont originaires de Bruxelles. Leur projet démarre en 2019 dans les rues de la capitale. Les estampes ainsi affichées sont des déclinaisons des sept péchés capitaux version contemporaine, car l’orgueil, la gourmandise, l’envie, la colère, l’avarice, la paresse et la luxure s’affichent comme des travers du capitalisme actuel. Chaque péché est composé de deux xylogravures : une figurée et une textuelle. Le "dessin" fourmille de détails, d’ironie et de noirceur, le texte, lui, est destiné à être complété par les visiteurs ou les passants.

Pour BIP2020, les deux artistes investissent un lieu symbolique, l’ancien magasin Decathlon de la rue Feronstrée, temple autrefois dédié à la surconsommation. Le lieu est réhabilité en manufacture de résistance temporaire, et Camille Dufour et Rafaël Klepfisch y impriment sur une presse, chaque week-end, un nouveau péché en cent exemplaires. C’est donc un geste artisanal qui reprend place dans un endroit qui a longtemps sacralisé la production de masse.

Mais la performance ne se fait pas que grâce aux artistes. Spectateurs et spectatrices sont au centre du dispositif. Chaque paire d’estampes imprimée est à emporter, et chacun est invité à afficher le diptyque en ville, à la manière d’une publicité, dans l’endroit de son choix, et à envoyer par mail une photo ainsi que la localisation des gravures. Les photos seront publiées sur le site internet, tandis que chaque localisation est gravée sur une carte géante en bois, qui sera imprimée à la fin de la BIP, le 25 octobre, à la main avec les visiteurs qui le souhaitent. La carte sera incisée avant partout où une gravure aura été affichée, laissant apparaître un réseau d'acte éphémères reliées entre eux dans un ciel constellé..

Vers le site internet : 7pechesducapitalisme.com

"Les gens participent et les retours sont très chaleureux et encourageants. On reçoit environ 30 à 40 photos sur les 50 gravures emportéessouligne Rafaël Klepfisch.

Si les artistes sont présents uniquement le week-end, l’installation se visite tous les jours sauf le lundi. Car en plus des estampes en cours de séchage, un dispositif vidéo, intitulé Retours sur la capitalisme, diffusant en continu un recyclage d’images issues exclusivement d’internet est visible dans l’espace.

La BIP2020 prend fin le 25 octobre. Vous pouvez visiter et participer à la performance des 7 péchés du capitalisme jusque-là.

Performance les samedis et dimanches de 10h à 18h.
Ouverture du mardi au dimanche du 19 septembre au 25 octobre.
Mardi au vendredi : 13h de 18h.
Samedi et dimanche : 10h de 18h.

Les artistes ont reçu les caméras de nos confrères de RTC Télé Liège pour l’émission Culture L