Berlin 1912-1932, la ville mythique des années 20

Ernst Ludwig Kirchner, Femmes dans la rue, 1915, huile sur toile, 126 x 90 cm, Von der Heydt-Museum Wuppertal, Allemagne, inv. G 681, © VG Bild-Kunst
14 images
Ernst Ludwig Kirchner, Femmes dans la rue, 1915, huile sur toile, 126 x 90 cm, Von der Heydt-Museum Wuppertal, Allemagne, inv. G 681, © VG Bild-Kunst - © Von der Heydt-Museum Wuppertal, Antje Zeis-Loi, Medienzentrum Wuppertal

Les Musées Royaux des Beaux-Arts de Bruxelles présentent une remarquable exposition consacrée aux liens tissés entre les scènes artistiques belge et allemande de Berlin et sur l’activité de la galerie Der Sturm (animé par Herwarth Walden) en contact avec les galeristes bruxellois Georges Giroux et Walter Schwarzenberg qui animait Le Centaure. L’année 1912 correspond à l’ouverture de la galerie Der Sturm qui exposera les expressionnistes allemands des groupes Die Brücke et Der blaue Reiter, les futuristes italiens et les artistes belges James Ensor et Rik Wouters, entre autres. L’année 1932 voit l’organisation d’une grande rétrospective de l’Allemand George Grosz à Bruxelles.

 Berlin, 1912-1932 restitue l’effervescence de la Berlin mythique des années vingt, ville de tous les contrastes et toutes les audaces. Le cabaret, le jazz et le cinéma animent la nuit berlinoise. Des projets architecturaux audacieux voient le jour. La neue Frau apparaît comme un idéal féministe qui décloisonne les genres. Berlin est aussi un centre de la culture homosexuelle. La société berlinoise traverse les années folles avant la bascule annoncée par la grande crise économique et financière de 1929 qui emporte le monde dans la grande dépression et achemine l’Allemagne vers la fin de la république de Weimar et l’avènement du nazisme. Hitler devient chancelier en 1933.

 Le carnaval de Weimar d’Horst Naumann, 1928-29, est une œuvre prémonitoire. Construit comme un collage dynamique, le tableau présente toutes les facettes de la société allemande : le prêtre, la banque, le président Paul von Hindenburg, un tank, des avions de guerre, un ouvrier et un militaire. Le soldat mange l’espace central du tableau. Son casque porte une croix gammée de couleur rouge. Première apparition du symbole.

 Plus de 200 œuvres de belle facture proviennent de nombreux musées prestigieux : le Guggenheim de New-York, la Tate Modern, le Centre Pompidou, le Stedelijk Museum. Les Musées Royaux des Beaux-Arts ont sorti de leurs réserves notamment Deux enfants, saisissants et spectraux, du peintre Otto Dix.

L'interview de la commissaire Inga Rossi-Schrimpf