BD: "Les Cités obscures" exposées à Paris, après le don exceptionnel de François Schuiten

François Schuiten
François Schuiten - © CHRISTOPHE LEGASSE - BELGA

La Bibliothèque nationale de France (BNF) met en scène à partir de mardi le don exceptionnel fait en 2013 par l'auteur belge François Schuiten d'originaux de sa série BD culte "Les Cités obscures", un geste un peu en forme de "bras d'honneur au monde marchand", a dit l'auteur à l'AFP.

Présentée du 6 mai au 15 juin dans la galerie des donateurs de la BNF à Paris, l'exposition "Les coulisses des Cités obscures" rend hommage à l'un des plus grands auteurs contemporains du 9e art et à son complice scénariste français Benoît Peeters, emblématiques de l'évolution de la BD franco-belge.

Leur prochain album "Revoir Paris" (Casterman), alliant utopies et haute technologie, est attendu en novembre.

L'exposition réunit les planches originales des quatre albums donnés à la BNF, "Les Murailles de Samaris", "La Tour", "L'Enfant penchée" et "L'Ombre d'un homme", rejoints par "Les Mystères de Pâhry". Chacun illustre une technique différente de Schuiten, dessinateur et coloriste, ainsi que le processus de création des deux amis, avec scénarios, esquisses, mises en couleur et story-boards.

C'est en mars 2013 que François Schuiten avait fait don de la quasi-totalité de ses originaux à cinq institutions, en Belgique et en France, à l'occasion des 30 ans des "Cités Obscures".

"Nous avons réalisé avec Benoît qu'il y avait très peu de réflexion sur la préservation du patrimoine de la BD. Récemment, les planches ont pris beaucoup de valeur, les ventes se sont multipliées", relève-t-il dans un entretien à l'AFP.

"Il y a un effet pervers de toutes ces ventes. Cela met en péril l'avenir des livres si on ne conserve pas les originaux. Les scans ne donnent pas l'assurance que la qualité perdurera et on risque de trahir la mémoire de l'oeuvre. Alors, ce don, c'était une façon de dire que tout n'est pas une question d'argent. C'était un peu un bras d'honneur au monde marchand ! ", s'exclame François Schuiten.

"Ce n'était pas une décision facile et certains de nos confrères n'ont pas compris notre démarche", reconnaît l'artiste, devenu lui-même l'auteur de BD belge vivant le plus cher, aux côtés de Philippe Geluck, après la vente d'une trentaine de ses oeuvres pour plus de 500.000 euros, l'automne dernier.


Belga

Et aussi