Babel, le délire humain qui s'élève vers le ciel

L'expo Babel au Museum du Botanique, avec la Tour de livres de Jakob Gautel
9 images
L'expo Babel au Museum du Botanique, avec la Tour de livres de Jakob Gautel - © Babel - au Botanique © RTBF - Françoise Brumagne – 2013

Le Botanique accueille jusqu'au 21 avril, une nouvelle version de l'exposition du Palais des Beaux-arts de Lille qui a attiré environ 188 000 personnes à l'automne dernier.

Tout part d'un mythe raconté dans le 12e livre de la Genèse, et d'une interprétation picturale universellement reconnue, celle de Pieter Breughel : l'allégorie de la Tour, de la construction vers le ciel et vers Dieu, du langage unique, de la punition des hommes orgueilleux, de la confusion qui s'ensuivit, a inspiré les artistes jusqu'à nos jours.

Pascal Goffaux a rencontré le commissaire de l'exposition, Régis Cotentin, ainsi que différents artistes venus à Bruxelles pour le re-vernissage de l'exposition.

 

Le commissaire de l'exposition Régis Cotentin

L’icône originelle de Babel, c’est la Tour de Breughel, image universelle, qui s’est imposée pour toutes les cultures, avec sa spirale, un motif parlant figurer la montée vers le ciel et le délire humain.

Ici, Babel est heureuse pour reprendre les mots de Roland Barthes, quand elle figure le monde d’aujourd’hui, la globalisation, la mondialisation sur lequel nous jetons un regard distancié.

Mais elle est aussi visionnaire, quand on s’en sert comme  miroir d’une réalité vers laquelle il ne faut pas tendre.

Pour monter cette exposition, le commissaire s’est attaché à rassembler des œuvres qui servent l’allégorie, et ses quatre étapes : la construction de la Tour, le châtiment divin, la confusion des langages et la dispersion des peuples.

Ces œuvres partent évidemment du modèle breughélien pour s’en détacher et aller ailleurs, car Babel est une allégorie qui peut se construire à partir de différentes images, conglomérat, accumulation qui dépasse l’entendement, ruche, gratte-ciel, etc.

Jakob Gautel a construit une Tour de Babel de livres

Il a construit en 5 jours, une vraie Tour de livres, de plus ou moins 4 mètres 50 de haut, avec 15 000 livres, tous genres confondus, toutes langues confondues également - il a essayé de prendre des livres de tous les continents.

Outre sa taille imposante, et sa position centrale dans l'espace d'exposition, la Tour est un régal intellectuel pour les visiteurs : ils peuvent suivre l'itinéraire spirituel de l'artiste qui associe les titres des livres selon son humour et son humeur.

Une particularité de la scénographie du Museum du Botanique permet d'avoir le point de vue de Dieu sur cette Tour, depuis le 2e niveau, perspective qui n'était pas possible au Palais des Beaux-arts de Lille, et qui révèle que le dernier livre, le plus élevé, est la Tour infernale.

Les photos de Jean-François Rauzier

Babel est un thème important dans l’œuvre photographique de Jean-François Rauzier, et l’exposition présente 4 œuvres de très grand format, 3 mètres sur 1 mètre 80, qui est le plus grand format qu’on puisse obtenir en photographie.

Leur sujet, une ville des morts ou une Babel cimetière, une bibliothèque idéale, un Versailles démultiplié et une nouvelle version de la Babel breughélienne perdue au milieu de dieux païens en souffrance.

Ces photos sont fascinantes par la prolifération des détails, elles attirent l’œil comme un abime.

A la galerie, Antoine Roegiers et la Tentation des Géants

L'artiste est fasciné par les maîtres flamands, Jérôme Bosch, Pieter Breughel, .. et il a décidé de nous raconter les mille histoires présentes dans les tableaux, en les animant : chaque film qui en découle est une oeuvre de longue haleine, un an et demi de travail. Il faut isoler, redessiner les personnages, les animaux, les numériser puis les animer, le tout sur une musique composée par Antoine Marroncles.

On est loin de l'anecdotique, on entre littéralement dans le tableau qui prend vie, grâce à la technologie moderne.

L'exposition

L'exposition Babel au Museum, et Antoine Roegiers à la galerie, au Botanique à Bruxelles jusqu'au 21 avril.

 

 

Et aussi