Avant de fermer ses portes le 18 juin, le musée Dapper rend hommage à Jean Rouch

Le musée a également été confronté à la montée en puissance du musée du Quai Branly, et plus généralement à la concurrence d'une offre culturelle particulièrement riche à Paris.
Le musée a également été confronté à la montée en puissance du musée du Quai Branly, et plus généralement à la concurrence d'une offre culturelle particulièrement riche à Paris. - © PHILIPPE DESMAZES / AFP

A l'occasion du centenaire de Jean Rouch, le Musée Dapper rend hommage samedi au grand cinéaste et ethnologue lors d'une soirée de rencontre prolongeant une exposition, la dernière avant la fermeture le 18 juin de ce musée parisien pour raisons financières.

Au cours de cette soirée, organisée avec "Les Amis de Jean Rouch", sera présenté un documentaire d'Idriss Diabaté sur le créateur du cinéma vérité, réalisateur de 136 films, principalement ethnographiques, dont une série sur les rites dogons. Deux des courts métrages de Jean Rouch, qui "a contribué à édifier une mémoire cinématographique de l'Afrique", seront également projetés.

Des pièces Dogons figurent parmi les quelque 130 oeuvres réunies dans "chefs-d'oeuvre d'Afrique dans les collections du Musée Dapper", qui devrait être sa dernière exposition à Paris. Le musée expose aussi "Les Mutants" de Soly Cissé, artiste sénégalais qui revisite les traditions et les cultes africains.

Dédié au patrimoine de l'art africain subsaharien, le Musée Dapper a annoncé qu'il fermerait le 18 juin en raison de problèmes financiers, dus principalement aux charges générées par son lieu d'exposition, ouvert en 2000 dans le XVIe arrondissement de Paris. Il poursuivra son action en Afrique, notamment au Sénégal, ainsi qu'aux Caraïbes, selon la direction.

Le musée, qui ne reçoit aucune subvention publique, a présenté plus de 40 expositions depuis sa création, mais sa fréquentation était en baisse, confrontée à la concurrence du Quai Branly et à une très riche offre culturelle parisienne.