Au Tbilisi Photo Festival, des portfolios mode emblématiques et des archives du monde entier

"Ein– und zweiteiliges Sommerkleid (Interschau in der Stadt, DDR)", dans la collection de photos de mode est-allemandes des années 1970.
11 images
"Ein– und zweiteiliges Sommerkleid (Interschau in der Stadt, DDR)", dans la collection de photos de mode est-allemandes des années 1970. - © akg-images / Günter Rubitzsch

L'édition 2017 du Tbilisi Photo Festival, qui démarre le 13 septembre, proposera des points de vue orientaux et occidentaux, du Caucase comme du reste de la planète.

Pour sa huitième édition, le thème principal du festival de photographie de Tbilisi est la mode. Les photos de presse et publicitaires teintées de surréalisme de Guy Bourdin seront présentées dans le cadre de l'exposition "Avant Garde", tandis que l'artiste néerlandaise Viviane Sassen, dont le travail se concentre sur l'Afrique, sera mise en lumière dans "In and Out of Fashion". Seront également exposées des photos de mode est-allemandes des années 1970, ainsi que des magazines de mode iraniens datant d'avant la révolution islamique.

Un hommage visuel sera rendu au photojournaliste américain et cofondateur de l'agence Noor Images, Stanley Greene, décédé en mai. Il commença sa carrière en tant que photographe de mode, mais s'est fait un nom comme photographe de guerre. "See You in My Dreams!" comprendra 30 lettres et Polaroïd du printemps et de l'été 2001, offrant un aperçu intimiste (plutôt qu'une présentation professionnelle) de sa production.

S'éloignant du thème de la mode, la série "Russian Journal Revisited" documentera le voyage effectué en 1947 par l'écrivain américain John Steinbeck et le photographe de l'agence Magnum, Robert Capa, qui ont représenté l'URSS visuellement et narrativement. Sept décennies plus tard, le photographe Thomas Dworzak, lui aussi de l'agence Magnum, et le journaliste britannique Julius Strauss sont repartis sur les traces des deux hommes. Cette exposition, qui retrace de manière fascinante une évolution culturelle, est une première mondiale.

Tbilisi Photo Book Fair et Tbilisi Night of Photography

L'exposition collective "Identities" se concentrera sur des images principalement "trouvées", proposant un point de vue très varié sur les époques et les sociétés, de la série de portraits du photographe lituanien Vitas Luckus, "In Front of the White Screen" (1987), à des séances en studio datant des années 1970 et effectuées dans le centre de l'Inde par Suresh Punjabi, jusqu'à des portraits de Talibans découverts et rassemblés en Afghanistan par un autre photographe de l'agence Magnum au début des années 2000.

En plus de ces expositions, on notera la Tbilisi Photo Book Fair (la foire présentera des books produits en Géorgie mais aussi des publications internationales venues notamment du Japon, de Pologne, de Turquie ou d'Ukraine), ainsi que la Tbilisi Night of Photography. Cette dernière proposera plusieurs projections en plein air et en soirée, organisées dans une usine de couture reconvertie. Le travail de plus de 350 photographes sera projeté sur le toit de cet édifice soviétique. Cet événement fait écho à la rituelle "Nuit de l'année" d'un autre festival de photographie notable, les Rencontres d'Arles.