A Montpellier, un road-trip photographique à travers une Amérique précaire

Gilles Mora,  directeur artistique du Pavillon populaire et spécialiste de la photographie américaine
Gilles Mora, directeur artistique du Pavillon populaire et spécialiste de la photographie américaine - © PASCAL GUYOT - AFP

Habitats fragiles et mobiles, zones de relégation, enseignes publicitaires et axes routiers: le Pavillon Populaire de Montpellier propose à partir de mercredi un "road-trip" photographique à travers les paysages d'une Amérique précaire immortalisée par six chercheurs.

"Notes sur l'asphalte, une Amérique mobile et précaire, 1950-90" présente jusqu'au 16 avril plus de 200 diapositives agrandies, parfois annotées, prises par des spécialistes reconnus de l'architecture, de l'urbanisme et des paysages vernaculaires des Etats-Unis: Donald Appleyard, John Brinckerhoff Jackson, Allan Jacobs, Chester Liebs, Richard Longstreth et David Lowenthal. 

Les auteurs des photos sont "des chercheurs et non des artistes mais ce sont des personnes très qualifiées pour regarder les paysages", a souligné devant la presse Gilles Mora, directeur artistique du Pavillon populaire et spécialiste de la photographie américaine. La photographie documentaire ainsi exposée est "débarrassée de ses prétentions artistiques" et montre "une relation immédiate avec les paysages". 

"C'est la première fois que notre travail commun est ainsi exposé, c'est fascinant d'avoir ce regard extérieur", s'enthousiasme Chester Liebs, historien et conservateur du patrimoine, qui a sillonné les routes américaine pour documenter les paysages des marges. 

A l'image des cinq autres chercheurs dont le travail est exposé, ce professeur émérite d'histoire de l'université du Vermont a conçu la photographie comme un outil de recherche sur les manières populaires, spontanées de construire et d'habiter. 

Cette exposition ouvre une année consacrée à la photographie américaine au Pavillon Populaire, dont l'accès est gratuit. Ce cycle a été préparé bien avant l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, souligne Gilles Mora. "Personne ne s'attendait à ce qu'il y ait un résultat d'élection aussi détonant, ce qui donne à ces expositions beaucoup de sens seconds qu'il reviendra à chacun de décrypter", relève-t-il.