A la recherche du crâne de Mona Lisa, des chercheurs italiens trouvent... un fémur

A la recherche du crâne de Mona Lisa, des chercheurs italiens trouvent... un fémur
2 images
A la recherche du crâne de Mona Lisa, des chercheurs italiens trouvent... un fémur - © RTBF - Yakana - 2015

Des chercheurs italiens en quête du crâne de Lisa Gherardini, qui a servi de modèle à la Joconde de Léonard de Vinci, n'ont finalement trouvé qu'un fémur ayant apparemment appartenu à la noble dame, dans les entrailles de l'ancien couvent florentin où elle était inhumée.

Et c'est une déception: les fouilles dans le couvent sont terminées et il semble désormais acquis que le crâne de Lisa Gherardini a disparu, alors que leur objectif était de tenter de reconstituer son visage pour le comparer au portrait.

Née en 1479, Lisa Gherardini avait épousé un marchand de soie florentin, Francesco del Giocondo, qui aurait été en 1503 le commanditaire du célèbre portrait qui trône aujourd'hui au Musée du Louvre à Paris. Une fois veuve, elle s'était retirée dans un couvent où deux de ses filles étaient religieuses, et où elle a vraisemblablement été inhumée à sa mort en 1542.

Dans ce grand bâtiment désaffecté en plein centre de Florence, des fouilles entamées en 2011 ont permis de retrouver les restes d'une douzaine de personnes. Les huit premières étaient des squelettes en bon état de conservation mais que la datation au carbone 14 a révélés trop vieux pour que l'un d'eux soit celui de Mona Lisa.

Les quatre autres se trouvaient dans une tombe commune utilisée jusqu'en 1545. La datation au carbone 14 a permis d'établir que l'une des personnes, dont il ne reste que des fragments de fémur, de tibia et de cheville, avait vécu à la même période que Lisa Gherardini.

"Une convergence d'éléments allant des examens anthropologiques aux documents historiques permet de conclure que ces restes sont probablement ceux de Lisa Gherardini", a affirmé Silvano Vinceti, un historien ayant coordonné les recherches, lors d'une conférence de presse à Florence.

Cependant, il n'a pas été possible de confirmer cette hypothèse au moyen de comparaisons ADN: le caveau où reposent le mari et plusieurs enfants de Mona Lisa a baigné pendant des siècles dans une humidité telle qu'il ne reste que quelques dents, d'où aucune séquence ADN n'a pu être extraite.


Belga