Unexchangeable, au WIELS

Richard Prince - Louise Lawler
7 images
Richard Prince - Louise Lawler - © Valérie Boucher

73 œuvres de types muséales de la période fin 80, début 90, sélectionnées par le curateur Monsieur Dirk Snauwaert, provenant de 32 collections privées belges.

1989, date charnière qui a connu une globalisation précoce et une accélération importante par la chute du mur de Berlin et l’arrivée du World Wide Web, le début d’Internet. 

Cette même année, le Centre Georges Pompidou et la Grande Halle de la Villette ont présenté simultanément l’exposition Magiciens de la Terre. Cette exposition hors norme et inédite est restée très célèbre, voire légendaire parce que son commissaire, Jean-Hubert Martin, avait invité plus de 100 artistes du monde entier alors qu’à cette époque, le monde de l’art contemporain était limité aux frontières de l’Europe et de l’Amérique du Nord. Comme l’avait écrit le Monde : "Le projet convoquait des enjeux géopolitiques, économiques et sociaux annonçant la globalisation de l'art."

Le titre ‘Unexchangeable’ exprime justement que les œuvres sont non échangeables, qui n’ont pas de prix.

Les artistes provenant d’Europe, des Etats-Unis, d’Europe de l’Est, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine, ont produit des œuvres pour marquer leur résistance au marché de l’art qui réduit l’œuvre d’art à une marchandise, à un objet de prestige, à un trophée.

Dès l’arrivée dans la première salle, nous sommes face à une photographie de Richard Prince, de sa série la plus célèbre de Cowboys, à côté une sculpture de Katharina Fritsch, représentant un homme de couleur rouge vif qui nous fait face comme un prototype ou un modèle générique.

Dans la deuxième salle, nous pouvons voir une série de tableaux tous semblables mais différents par leurs dimensions ou un détail formel de Allan McCollum qui pose la question de la représentation de l’œuvre d’art. Ou encore une étagère pourvue d’objets et une installation contenant un lit pliant et un caddie repliable de Haim Steinbach ; par ces dispositifs de type ready-made, l’artiste nous montre une réflexion sur la sélection d’objets du quotidien.

Nous rentrons maintenant dans la troisième salle qui présente un ensemble exceptionnel de sculptures de David Hammons. Ces sculptures sont composées d’objets trouvés, d’objets du quotidien recyclés qu’il va utiliser pour évoquer des sujets de société comme le racisme, la culture…

Je vous laisse découvrir dans les sept autres salles des œuvres de Thierry de Cordier, Walter Swennen, Cindy Sherman, Ann Veronica Janssens, Sherrie Levie et bien d’autres.

 

Unexchangeable

Centre d'Art Contemporain Wiels

354 avenue Van Volxem -1190 Bruxelles

Exposition jusqu’au 26 août 2018

www.wiels.be

Mardi > vendredi I 11:00 > 18:00

Nocturnes : chaque 1er et 3ème mercredi du mois jusqu'à 21:00