Un tableau de Pissarro volé par les nazis : pas de médiation entre les parties

Objet d’un bras de fer entre le musée de l’Oklahoma et l’héritière française de ses anciens propriétaires, un tableau de Camille Pissarro, volé par les nazis durant l’Occupation, a été l’objet d’un vif débat mardi au tribunal judiciaire de Paris, la partie américaine refusant l’injonction de la justice française d’une médiation entre les parties.

"Les médiateurs n’ont pas pu rencontrer les parties de l’Oklahoma malgré un délai de deux mois et demi" depuis la décision du tribunal d’ordonner une médiation, a déploré la juge. "C’est une forme d’outrage pour les tribunaux français", a-t-elle ajouté.

La toile La Bergère rentrant des moutons, peinte en 1886, est au centre d’une bataille judiciaire entre l’université de l’Oklahoma, à laquelle elle avait été léguée par des collectionneurs, et Léone-Noëlle Meyer, 81 ans, fille adoptive de son ancien propriétaire, Raoul Meyer, spolié par les nazis en 1941.

► A lire aussi : Plus de 1200 ouvrages volés par les nazis sont retrouvés en France

Un juge américain a exigé fin février que Mme Meyer renonce aux poursuites engagées en France sous peine d’une amende de 3,65 millions de dollars. L’avocat de Mme Meyer, Me Ron Soffer, a présenté mardi une assignation demandant l’annulation de cette décision américaine mais la partie américaine a prétendu n’avoir jamais reçu cette assignation malgré les copies de mails présentées à l’audience par la défense de Mme Meyer.

Le tableau, un des premiers tableaux pointillistes de Pissarro, faisait partie de la collection de Raoul Meyer et Yvonne Bader, fille du fondateur des grands magasins Galeries Lafayette.

Léone-Noëlle Meyer, fille adoptive et unique héritière de Raoul Meyer, qui a dirigé les Galeries Lafayette de 1944 à 1970, se bat pour que le tableau, temporairement exposé au musée d’Orsay à Paris, puisse y rester.

Après la guerre, le tableau avait été repéré en Suisse et vendu à un galeriste new-yorkais, David Findley qui l’a revendu, en 1957, à un couple de collectionneurs américains Aaron et Clara Weitzenhoffer.

À la disparition de sa femme, Aaron Weitzenhoffer a légué 33 tableaux impressionnistes dont La Bergère, au musée Fred Jones Jr de l’université d’Oklahoma.

Ayant retrouvé la trace de l’œuvre grâce à Internet, Léone-Noëlle Meyer a décidé d’engager en mai 2013 une action en restitution devant la justice américaine. Au terme d’un long bras de fer, l’université américaine a finalement consenti à un règlement amiable en février 2016.

Mais les termes de cet accord posent de sérieux problèmes : Selon la version française de cet accord, le titre de propriété de l’œuvre d’art doit revenir in fine à Mme Meyer mais la version originale en anglais évoque un "acte de renonciation" (Quit Claim, ndlr) de Mme Meyer sur le tableau.

► A lire aussi : Le trésor d'un palais russe, volé par les nazis, retrouvé au fond de la mer ?