Un tableau de Bernardino Luini, disciple de Léonard de Vinci, aux enchères

Un chef d'oeuvre du peintre de XVe siècle italien, Bernardino Luini, qui travailla un temps pour Léonard de Vinci sera mis aux enchères mi-novembre à Paris à Drouot.
2 images
Un chef d'oeuvre du peintre de XVe siècle italien, Bernardino Luini, qui travailla un temps pour Léonard de Vinci sera mis aux enchères mi-novembre à Paris à Drouot. - © Courtesy of Aguttes

Un chef d'œuvre du peintre du XVe siècle italien, Bernardino Luini, qui travailla un temps pour Léonard de Vinci et à qui le Salvator Mundi avait été attribué par certains experts, sera mis aux enchères mi-novembre à Paris à Drouot. Alors qu'est célébré le 500e anniversaire de la mort de Léonard de Vinci et qu'une grande exposition au Louvre lui est consacrée à partir de jeudi, cette Vierge à l'Enfant avec Saint Georges et un ange musicien de Luini est estimée entre 1,8 et 2 millions d'euros.

Le tableau sera mis aux enchères le 14 novembre à l'Hôtel Drouot par la maison de ventes Aguttes. Il avait été acquis le 6 juillet 2017 par un collectionneur privé allemand, pour la somme bien moindre de 200 000 euros, chez Christie's à Londres. Bernardino Luini (1480-1532), surnommé le "Raphaël de Lombardie", avait été avec Giovanni Antonio Boltraffio (1467-1516) un des élèves et assistants principaux du grand maître toscan.

Cette Vierge, comme le fameux Salvator Mundi, dont la localisation reste un mystère depuis sa vente record à 450 millions de dollars en 2017, avaient été acquis vers 1900 par le grand collectionneur britannique, Sir Francis Cook, comme étant tous deux de la main de Bernardino Luini. Cook, à la tête d'un empire industriel, était épaulé dans ses acquisitions par Sir Charles Robinson, conservateur de la collection de la Reine Victoria.

Le tableau a retrouvé son lustre

Ce tableau très gracieux, sur fond de village et de montagne imaginaire, montre Saint-Georges qui vient de décapiter le dragon, symbole du mal, offrant la tête de la créature à Jésus, enfant, dans les bras de sa mère. Jésus lui remet la palme de la victoire, tandis qu'un ange joue du luth derrière eux. Cette huile sur panneau, qui avait subi plusieurs restaurations maladroites avec des vernis jaunis, a été profondément rénovée et a retrouvé son lustre. Les couleurs vives sont typiques de l'expérience qu'avait Luini de la fresque et l sfumato est inspiré directement de Léonard. La peinture de Luini met en valeur les chairs, et accentue le caractère sentimental des scènes.

Au XVIe siècle, Luini, connu comme excellent fresquiste, sera le peintre milanais le plus célèbre. Puis il tombera un peu dans l'oubli, à cause d'une erreur de Giorgio Vasari, qui, dans son ouvrage de référence, "Vies des meilleurs peintres, sculpteurs et architectes", l'appellera "di Lupino". Il faudra attendre le XIXe siècle pour que le malentendu soit dissipé.

Pour plus d'informations, consultez le site de Drouot.