La France interdit l'exportation du tableau de Cimabue vendu 24 millions d'euros

Le tableau, "Le Christ moqué", avait été retrouvé par hasard, au cours d'un déménagement, dans la maison d'une dame âgée à Compiègne.
Le tableau, "Le Christ moqué", avait été retrouvé par hasard, au cours d'un déménagement, dans la maison d'une dame âgée à Compiègne. - © Philippe Lopez / AFP

Le ministère français de la Culture a annoncé lundi l’interdiction d’exporter un chef-d’œuvre très rare du peintre italien Cimabue, vendu aux enchères en octobre pour plus de 24 millions d’euros, afin de permettre son achat pour les collections nationales françaises. Le tableau, "Le Christ moqué", avait été retrouvé par hasard, au cours d’un déménagement, dans la maison d’une dame âgée à Compiègne. C’était la première fois qu’un tableau de Cimabue (1240-1302), une des plus grandes figures de la Pré-Renaissance italienne, était mis aux enchères depuis des dizaines d’années. Adjugé à plus de 24 millions, frais compris, il était devenu le tableau primitif le plus cher en vente publique dans le monde.

Mais dans un communiqué lundi, le ministère de la Culture a indiqué que, "à la suite de l’avis de la Commission consultative des trésors nationaux, le ministre de la Culture a signé l’arrêté refusant le certificat d’exportation". L’identité de l’acheteur n’avait pas été dévoilée après la vente, mais selon des informations de presse, il aurait été acheté pour la collection privée Alana, appartenant à un couple de collectionneurs chiliens installé aux États-Unis et spécialisée dans l’art de la Renaissance italienne. La décision ministérielle ouvre "une période de trente mois […] qui sera mise à profit pour réunir les fonds nécessaires à la réalisation d’une acquisition au bénéfice des collections nationales publiques", précise le communiqué.