Duo d'artistes pour l'exposition "Points de contact" à la Galerie Nardone de La Louvière

La Galerie Nardone accueille dans quelques jours l’exposition "Points de contact", dévoilant en duo le travail des artistes Mathilde Nardone et Mario Ferretti. Ouverte depuis un an à La Louvière, la galerie présente dès ce 7 mars une exposition entre équilibre instable et liaisons invisibles. Mario Ferretti mêle ses pièces et arbres de bronze en dominance vert de gris aux photographies de Mathilde Nardone, faites au scanner, entre végétaux et cartes du ciel. L’exposition est à retrouver jusqu’au 24 avril.

Mathilde Nardone est une jeune artiste qui a fait du végétal et de la nature ses muses. Petite-fille d’immigrés italiens, son travail mêle l’art à la mémoire puisque sa création est imprégnée d’une histoire au pied des terrils, témoins muets du passé minier et des charbonnages en Belgique. Via une approche photographique par scanner, l’artiste photographie les fleurs qui poussent de façon spontanée et qui font parler ainsi le sol et le territoire, comme pour refuser une nature morte trop simpliste. Habituée plutôt de la photographie en couleur, c’est la première fois que Mathilde Nardone utilise le noir et blanc dans cette exposition.

Deuxième artiste de cette exposition en duo, Mario Ferretti est professeur de sculpture à l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles. Son art est imprégné de sa passion pour l’archéologie, où, mélangé aux éléments verdoyants rappelant la nature, on retrouve la poésie de l’assemblage et de la composition. Ses sculptures dégagent une grande portée conceptuelle et, attaché aux notions de continuité et de temps, on retrouve cette préoccupation dans ses représentations de l’univers contemporain qui nous entoure : l’art, les machines ou l’urbanisme. Leurs univers s’assemblent plutôt bien finalement, à l’instar des structures dans l’exposition : des miroirs qui reflètent des photos, comme pour intégrer le temps dans l’espace.

 

Ce n’est pas un hasard si la Galerie a ouvert à La Louvière, berceau du surréalisme. Le message artistique est ici lié à l’histoire et à la mémoire sociale dont les artistes sont parfois les messagers. De par ses musées et ses centres culturels, La Louvière fait office de mini-circuit culturel, d’où l’intérêt pour la Galerie Nardone de revendiquer avec fierté cet héritage.


Informations pratiques
Galerie Nardone
26 Rue Keramis
7100 La Louvière
Entrée gratuite sans réservation nécessaire
Du 11 mars au 24 avril 2021, vernissage dimanche 7 mars


{INREAD}