Double exposition dédiée à Jan Fabre à Paris et à Saint-Paul de Vence

Double exposition dédiée à Jan Fabre à Paris et à Saint-Paul de Vence
Double exposition dédiée à Jan Fabre à Paris et à Saint-Paul de Vence - © DIRK WAEM - BELGA

L'artiste anversois Jan Fabre, l'un des créateurs belges les plus "branchés" et qui fait "sensation" partout où il se "produit" en "investissant", par exemple, la Salle des Glaces du Palais royal à Bruxelles avec ses scarabées, ou encore le Musée du Louvre à Paris, le Musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg et les Musées royaux des Beaux-Arts à Bruxelles, poursuit sa conquête de la France avec cette fois des expositions organisées à Paris, du 17 mai au 21 juillet, et à Saint-Paul de Vence du 30 juin au 11 novembre.

C'est ainsi que dans la capitale française, la Galerie Templon lui a donné "carte blanche" pour l'inauguration de son nouvel espace d'expositions "Grenier Saint-Lazare". L'artiste y propose de découvrir, sur 280 m², un ensemble inédit à partir de divers média, dessins et sculptures, pour dresser un portrait complexe, espiègle et subversif de sa Belgique natale.

Parmi les oeuvres exposées figurent "Sexy Orgue de Barbarie" (2017), "Folklore Sexuel Belge" (2017-2018) ou encore "Mer du Nord Sexuelle Belge" (2018).

De son côté, le musée de la Fondation Marguerite et Aimé Maeght à Saint-Paul-de-Vence lui dédie une vaste exposition intitulée "Ma nation: l'Imagination" et qui est consacrée essentiellement à ses sculptures en marbre et à ses dessins traitant de la pensée, du corps, de nos rêves et surtout de nos imaginaires, en dialogue avec les découvertes scientifiques.

Héritier du Surréalisme et du Baroque flamand, l'artiste a conçu "sur mesure" une exposition qu'il a voulue "spirituelle", à la fois onirique et grave, mais aussi empreinte de l'ironie des jeux et d'humour, à la manière du "maître" James Ensor.

Ardent défenseur du dialogue entre les champs de la connaissance, Fabre invite, avec ses sculptures "typiques", à la méditation sur la vanité de l'existence et la mise en scène conçue par l'artiste met en exergue les questions que l'on peut se poser à propos des liens qui unissent l'homme et la Nature, y compris ... sa propre nature.

Jan Fabre est né en 1958 et étudia à l'Académie des Beaux-Arts ainsi qu'à l'Institut municipal des Arts et Métiers d'Anvers. Il commença à acquérir, au cours des années 1990, une notoriété grandissante pour son travail de théâtre et de plasticien. Dès 1976, il s'était intéressé à l'art de la performance avant de se lancer dans la mise en scène et la chorégraphie. Il a créé une trentaine de pièces, mêlant danse et théâtre et dont la "radicalité" déclenche régulièrement la polémique. Parmi ses oeuvres les plus connues relevons "L'homme qui mesure les nuages" (1998), "Searching for Utopia" (2003) ainsi que son installation "Le regard en dedans", réalisé entre 2011 et 2013.

L'exposition au nouvel espace "Grenier Saint-Lazare" de la Galerie Templon, est accessible au public du 17 mai au 21 juillet et cela du lundi au samedi de 10h00 à19h00. La galerie est située, rue du Grenier Saint-Lazare, 28, dans le troisième arrondissement parisien.La galerie est également présente à Bruxelles, rue Veydt, 13a, à Saint-Gilles.

L'exposition à la Fondation Maeght, quant à elle, se tient du 30 juin au 11 novembre et est accessible tous les jours de 10h00 à 19h00 (jusqu'à 18h00 à partir du 1er octobre).