Don exceptionnel de 45 estampes de Picasso à un musée de Belfort

Les 45 estampes dévoile un Picasso graveur et souligne sa capacité "à renouveler infatigablement quelques thèmes durant toute sa vie : le portrait, le couple, les jeux, la bacchanale"...
2 images
Les 45 estampes dévoile un Picasso graveur et souligne sa capacité "à renouveler infatigablement quelques thèmes durant toute sa vie : le portrait, le couple, les jeux, la bacchanale"... - © RALPH GATTI - AFP

Un galeriste parisien a donné 45 estampes de Picasso au Musée d'art moderne-Donation Maurice Jardot de Belfort, un "don inestimable" qui sera présenté au public dès vendredi, a-t-on appris mercredi auprès de la municipalité. Quentin Laurens, directeur de la galerie Louise-Leiris à Paris, "a fait le don de 45 eaux-fortes et pointes sèches" de l'artiste espagnol, suite d'estampes appelées 'La caisse à remords', a expliqué la ville de Belfort.

Gravée entre 1919 et 1955, imprimée en 1960 et jamais signée par le peintre, cette série est "un journal de la vie de Picasso", "un retour sur lui-même", décrit Marc Verdure, commissaire de l'exposition et directeur des musées de Belfort. Les 45 estampes dévoile un Picasso graveur et souligne sa capacité "à renouveler infatigablement quelques thèmes durant toute sa vie : le portrait, le couple, les jeux, la bacchanale", ajoute-t-il.

Pour le maire de Belfort, Damien Meslot, ces estampes sont "un don inestimable" qui vient compléter le collection de 150 œuvres du musée, dont des peintures et des sculptures de Braque, Léger ou Picasso. Elles seront présentées au public à partir de vendredi avec l'exposition "La caisse à remords. Picasso graveur". L'exposition sera également composée de 29 lithographies et linogravures prêtées par le Picassomuseum de Münster (Allemagne), "afin de présenter l'immense diversité de l'œuvre gravé de l'artiste", note le musée.

Quentin Laurens est l'exécuteur testamentaire de Maurice Jardot, qui a légué en 1999 une partie de sa collection privée d'art moderne à la ville de Belfort. Maurice Jardot a présidé la galerie Kahnweiler/Leiris pendant près de 40 ans (de 1956 à 1996).