Andy Warhol, grand maître de la scène alternative new-yorkaise

Andy Warhol et l'artiste Robert Rauschenberg dans le studio de Rauchenberg, New York, hiver 1964-65
Andy Warhol et l'artiste Robert Rauschenberg dans le studio de Rauchenberg, New York, hiver 1964-65 - © ©Photo David Mc Cabe

Du 1er juillet au 23 novembre, l'antenne messine du Centre Pompidou se met à l'heure new-yorkaise et plus précisément à celle d'Andy Warhol. Pape du Pop Art, il était aussi le faiseur de roi de la scène artistique de la grosse pomme.

Difficile de dissocier la musique du groupe rock du Velvet Underground, de la figure tutélaire qu'est Andy Warhol, qui fut leur producteur et celui à l'origine de la célèbre banane qui ornait leur premier album.

L'exposition du Centre Pompidou Metz se focalisera sur l'influence de l'artiste sur la scène musicale, cinématographique, mais aussi chorégraphique de l'underground.

150 clichés, des films, des documents d'archives, des pochettes de disque et quelques-unes de ses œuvres emblématiques telles que les "Campbell's Soup Cans" ou la "Big Electric Chair" seront visibles.

"Warhol Underground" s'attardera aussi sur la rencontre de Warhol avec le Velvet Undeground, il y a 50 ans, et sur le microcosme de la Silver factory, pôle créatif de la scène new-yorkaise et célèbre atelier de l'artiste où il façonnait les stars de demain. Des créatures que l'on appelait alors les "Superstars de Warhol".

"Exploding Plastic Inevitable", œuvre multimédia qui associe vidéo, performance et boite de nuit sera présentée pour la toute première fois en France.

Le visiteur peu connaisseur de l'univers de la Factory découvrira aussi son implication dans l'univers de la danse. La "Rain Forest", spectacle chorégraphié par Merce Cunningham, au cours duquel des danseurs déambulent entre des "Silvers Clouds" pensé par Warhol (des nuages argentés qui font référence aux murs argentés de la Factory) est présenté comme un temps fort du parcours.

Une exposition qui ouvre le regard sur la production warholienne souvent associée à la peinture. Un comble pour celui qui avait déclaré "Je n'ai jamais voulu être peintre, j'ai toujours voulu être danseur de claquettes".

 

("Warhol Underground" du 1er juillet au 23 novembre 2015, au Centre Pompidou de Metz)