50 Belges sur 133 exposants composeront la 65e édition de la Brafa

La Brussels Art Fair, qui fêtera l'an prochain sa 65e édition, réunira 50 exposants belges et 83 autres provenant de 16 pays différents, du 26 janvier au 2 février, sur le site de Tour & Taxis.
La Brussels Art Fair, qui fêtera l'an prochain sa 65e édition, réunira 50 exposants belges et 83 autres provenant de 16 pays différents, du 26 janvier au 2 février, sur le site de Tour & Taxis. - © Courtesy of BRAFA (trailer on YouTube)

La Brussels Art Fair, qui fêtera l’an prochain sa 65e édition, réunira 50 exposants belges et 83 autres provenant de 16 pays différents, du 26 janvier au 2 février, sur le site de Tour & Taxis. La foire d’antiquités, qui a été raccourcie d’une journée par rapport à l’année dernière, est réputée pour le caractère haut de gamme des œuvres exposées, puisque 100 experts du monde entier vérifient rigoureusement, deux jours avant l’événement, l’authenticité, la qualité et l’état des milliers d’objets exposés (entre 10 000 et 15 000). "Lorsqu’il y a un doute sur l’authenticité d’une pièce ou que l’on pense qu’un élément a été camouflé, les spécialistes la mettent en réserve le temps de la foire. Ils travaillent en outre avec des rayons X, ainsi qu’un répertoire d’objets volés", explique Christian Vrouyr, secrétaire général de la Brafa.

Les œuvres, qui touchent à une vingtaine de domaines artistiques allant de l’archéologie à l’art contemporain, couvrent au total une période de 5000 ans de courants artistiques. La caractéristique de la Brafa, qui joue sur l’éclectisme, "c’est que nous essayons de garder un équilibre et ne pas se faire envahir par les arts contemporain et moderne. Lorsqu’il y a des candidatures de spécialités que nous n’avons pas encore, c’est une priorité. Nous souhaitons élargir notre éventail sans avoir pour autant une prédominance", détaille M. Vrouyr. Cette année, 6 % des exposants sont des nouveaux venus. Les autres ont donc pour mission de se renouveler tous les ans, en amenant de nouveaux objets, explique le secrétaire général. "Il en va de la réputation du galeriste de constamment surprendre les visiteurs. "Quelques étudiants de la Cambre, sélectionnés pour la qualité de leurs œuvres, exposeront également cette année à la Brafa.

La foire, initiée en 1956 par des antiquaires belges, "comme on aime l’appeler, c’est une 'non-profit organization' (ASBL). C’est un événement des exposants pour les exposants, et les collectionneurs, et tout ce qu’on en récupère est réinvesti", a ajouté M. Vrouyr, également galeriste à Anvers. Durant toute la durée de la foire, une opération caritative aura lieu, par le biais d’une vente aux enchères de cinq segments originaux du Mur de Berlin. Ceux-ci mesurent chacun 3,80 mètres sur 1,20 mètre et pèsent plus de trois tonnes. Les bénéfices seront reversés à des projets sociaux et des organisations artistiques, mais aussi à une association de recherche contre le cancer.

Environ 66 000 visiteurs s’étaient rendus à l’édition 2019. Les organisateurs en attendent 65 000 cette année, compte tenu de la version raccourcie.