Zebda, ou la solidarité joyeuse, au Zénith de Paris

Zebda
3 images
Zebda - © photo : Bernard Benant

L'album « Second tour » a marqué le grand retour réussi des toulousains en 2012, ils ont mis le feu au Zénith de Paris ce vendredi !

C'est le genre d'escapade qui fait un bien fou ! Quelques heures de voiture entre amis (et un soupçon d'embouteillages), un beau soleil pour faire la route et nous voilà partis pour une visite express chez nos amis parisiens. Juste le temps de se déhancher et de crier à tue-tête notre envie d'un monde plus juste et solidaire. Avec Zebda, le cocktail militant festif est connu mais tellement rafraîchissant !

Peu importe le nombre...

Sur le coup de 20h, le Zénith est encore clairsemé. Ce n'est pas la foule des grands soirs mais peu importe, il y a dans l'atmosphère une belle excitation à l'idée de s'éclater avec Mouss, Hakim et le poète Magyd dans quelques minutes. Et dès les premières notes des "Deux écoles" puis des "Dimanches autour de l'église", qui ouvrent leur dernier disque, la foule se met à bouger et à manifester son contentement.

Coincé au fond de la fosse où se pressent les spectateurs debout, on ne voit franchement pas grand chose dans notre chaise roulante. Mais soit, on avait fait le choix de vivre ce concert dans la foule pour pouvoir danser à notre guise avec les potes et humer l'ambiance de l’intérieur.

Drôle d'expérience que de vivre ce show de derrière ! Cela permet d'analyser les styles : ceux qui sautent partout, ceux qui se contentent d'un pas de danse, ceux qui jump dans les premiers rangs et ceux, bien plus en retraits, dont la jubilation semble être toute intérieure.

"Second tour", l'album de leur résurrection comporte quelques perles comme "Un je ne sais quoi" très festif ou "La promesse faite aux mains", dédicacés à leurs "darons" et plus généralement à tous les fils d'ouvriers, avec un émouvant "Nos parents sont des héros, comme tout ceux qui ont tenté l'aventure de l'immigration". Cela sonne tout simplement juste ! Très juste aussi "Le théorème de châle" qui s'interroge sur la question du port du foulard sur fond de notes
arabisantes. Texte subtil pour un sujet pourtant si complexe...

On est tous chez nous.. !

Si le retour est donc réussi, ce sont néanmoins les anciens morceaux qui feront exploser la salle. Malgré leur air détaché et leur accent plein de soleil, Zebda a réussi à transformer certains de leurs morceaux en véritable étendards humanistes. On se souviendra longtemps de ces quelques milliers de gorges qui crient "On est chez nous !" à pleins poumons. On frissonne vraiment ! On s'éclate évidemment sur un "Tomber la chemise" au potentiel festif décuplé dans cette ambiance presque... toulousaine !

Mais c'est en fin de partie que l'on chavire définitivement. Avec une super présentation des musiciens en version Ragga. Et un tonnerre d'expression libre sur le célèbre "Motivés". Cette adaptation du "Chant des partisans" est pour nous l'hymne le plus réussi de tout ceux qui veulent se battre pour plus de justice sociale et traquer les extrémismes de tous bords. On sort de là en se disant que ce bol d'air solidaire nous regonfle à bloc. Bravo et merci les gars !

François Colinet
 

L'album "Second tour" (Universal)

Beaucoup de chemin parcouru depuis qu'ils ont tombé la chemise ! Cet album signe un retour 3 étoiles pour le trio à l'accent délicieux. Un engagement citoyen jamais pris en défaut et une musique patchwork entre rock, ragga et influences occitanes assumées, font de ce disque une oeuvre intelligente, qui permet de danser en réfléchissant au monde dans lequel nous avons un rôle à jouer. Avec légereté et dérision. C'est un mélange rare, et donc précieux ! FC

Et aussi