Will Eisner : un rêveur américain au Centre Belge de la Bande Dessinée

Pour toute une génération de lecteurs bédéphiles, l’apparition du " Spirit " dans les pages de l’hebdomadaire " Tintin " reste synonyme d’une ouverture nouvelle, d’une manière différente d’envisager la bd. On trouvait côte à côte, dans ce mythique magazine, ce faux super-héros américain, mais aussi Martin Milan et Hugo Pratt. Un sang neuf commençait à couler dans les veines des " petits mickeys " ! Et voici que le Centre Belge de la Bande Dessinée ouvre ses portes à une superbe exposition consacrée à Will Eisner, à son personnage fétiche, " Le Spirit ", mais aussi à toute une carrière étonnante et toujours en avance sur les modes…

3 images
Will Eisner : un rêveur américain au Centre Belge de la Bande Dessinée © Tous droits réservés

Cette exposition, parfaitement mise en scène, permet au visiteur de voyager tout au long de cette carrière riche de talent et d’intelligence. Elle est orchestrée par Paul Herman, qui a eu l’occasion, à plusieurs reprises, de rencontrer Eisner, de l’écouter, de le comprendre, et qui nous plonge à sa suite dans son univers, un univers souvent imité, jamais égalé ! Cette expo mérite assurément le détour. Par l’auteur qu’elle met en lumière, certes, mais aussi par la richesse des œuvres exposées: 200 originaux, pratiquement, appartenant à Peter Janda, et qui offrent un panorama unique des techniques graphiques et narratives de cet auteur qui a marqué la grande Histoire de la bande dessinée, et qui continue à y occuper une place de choix. Et pour compléter cette visite, le CBBD édite un catalogue à l’iconographie extrêmement riche.

3 images
Will Eisner : un rêveur américain au Centre Belge de la Bande Dessinée © Tous droits réservés

L’histoire de Will Eisner, ce n’est donc pas uniquement, loin s’en faut, celle du Spirit… Cet " homme tranquille " a même vécu pendant bien longtemps en dehors des sentiers de la bd. A l’image, en quelque sorte, d’une société à laquelle il a fallu bien des années avant de comprendre que la bd était aussi un art. C’est bien de trois existences qu’il faut parler avec Will Eisner : le Spirit, d’abord, l’armée ensuite, les romans graphiques enfin. Son histoire, c’est en quelque sorte celle d’un " monsieur tout-le-monde " poursuivant inlassablement une liberté que l’âge de la retraite a fini par lui offrir.

Masqué comme tous les super-héros, Le Spirit n’a aucun pouvoir particulier. Il vit et survit dans une métropole tentaculaire, et les vrais héros de ses aventures sont les " petites gens ", les gens normaux, qui se doivent, au quotidien, d’affronter la routine des jours et de leurs misères. Et dans sa dernière carrière, avec des livres comme " Un pacte avec Dieu ", " Le Building ", " Petits miracles ", c’est encore à ces gens-là que Will Eisner s’est intéressé, sans rien gommer de ce que peut-être la simple horreur quotidienne, mais avec,  toujours, une tendresse empreinte d’humanité, avec, aussi, de manière de plus en plus affirmée, un talent graphique exceptionnel !

Une exposition à ne rater sous aucun prétexte, donc, et qui vous attend jusqu’au 2 mars 2014.

 

 

Jacques Schraûwen