Vlaamse Kaai avec Rik Wouters et Wim Vandekeybus

Vlaamse Kaai - Rik et Nel Wouters (Tekens 1994)
Vlaamse Kaai - Rik et Nel Wouters (Tekens 1994) - © VRT

Pour la première de la saison, Hadja Lahbib et Bart Moeyaert nous présentent un documentaire sur le peintre-sculpteur Rik Wouters. Le chorégraphe Wim Vandekeybus sera également mis à l’honneur en deuxième partie.

Rik et Nel Wouters (Tekens 1994)

Le documentaire sur la vie et le travail de Rik Wouters vous emmènera dans le monde intime et créatif de l’artiste. Mort peu après le début de la première guerre mondiale à l’âge de 34 ans, Rik Wouters a consacré la plupart de son œuvre à représenter des scènes de la vie quotidienne. Son travail est considéré comme une sorte de journal intime, tellement intime qu’il est difficile de faire la différence entre ce qu’il fait et ce qu’il est. Rik Wouters est un artiste qui faisait beaucoup de recherches sur les types de peintures, les surfaces, les structures, les mouvements ou encore la luminosité. Sa femme, Nel, était véritablement sa muse, elle apparait dans la plupart de ses tableaux.

Wim Vandekeybus, un chorégraphe mais pas seulement (Dood doet leven 1998)

Pour terminer l’émission, Vlaamse Kaai vous propose un extrait du documentaire " Dood doet leven " sur le chorégraphe-réalisateur-photographe Wim Vandekeybus. L’artiste multidisciplinaire vient d’un milieu rural où il était souvent en contact avec les animaux. Ceux-ci sont souvent présents dans ses représentations. Il entre vite en contact avec le monde du théâtre en prenant des cours de danse et va s’intéresser à la réalisation et à la photographie. Sa rencontre avec Jan Fabre marque un tournant dans sa carrière. Il va l’engager pour une tournée mondiale de deux ans en tant que danseur. Après cela, Vandekeybus se lance seul en créant sa propre compagnie de danseurs : " Ultima Vez ". Son travail est essentiellement centré sur le corps dans son agitation, son imprévisibilité, sa force et en même temps sa vulnérabilité. En 1987, sa première production " What The Body Does Not Remember " a tout de suite percé à l’international et l’a propulsé dans le top mondial. Il a d’ailleurs reçu deux fois le " Bessie Award " new-yorkais pour sa confrontation originale entre la danse et la musique. La reprise de son spectacle " What The Body Does Not Remember " est prévue pour octobre 2014.