Vlaamse Kaai avec Raymond van het Groenewoud et Panamarenko

Le M HKA d’Anvers propose jusqu’au 22 février 2015 une rétrospective très complète de l’artiste anversois Panamarenko, concepteur et réalisateur d'objets mobiles dans l'air ou dans l'eau.
3 images
Le M HKA d’Anvers propose jusqu’au 22 février 2015 une rétrospective très complète de l’artiste anversois Panamarenko, concepteur et réalisateur d'objets mobiles dans l'air ou dans l'eau. - © RTBF - Pascale Navez - 2014

Dans ce nouveau numéro de Vlaamse Kaai présenté par Hadja Lahbib et Bart Moeyaert, place aux aventures musicales de Raymond van het Groenewoud et aux engins fabuleux de Panamarenko, artiste-magicien inspiré et visionnaire.

Raymond van het Groenewoud (Belpop – 2008)

Dans ce numéro de l’émission Belpop (VRT), place aux aventures musicales de Raymond van het Groenewoud.

Dès le début des années septante, Raymond injecte une forte dose de rock et d'énergie dans le cabaret. Will Tura l’introduit d’abord comme musicien / arrangeur auprès de Johan Verminnen, mais peu de temps après, Raymond crée avec Erik Van Neygen son premier groupe, Louisette. " Maria, Maria, je t'aime " est son premier succès. D’autres ensembles musicaux, d'autres collaborations avec des musiciens suivront : Bien Servi, les Millionnaires, les Centimètres, Le Mustafa flamand, etc...

Depuis près de quarante ans, Raymond écrit et compose les chansons les plus variées dans divers genres. Des chansons populaires que l’on chante en groupe comme " Vlaanderen Boven " au délicat " Deux filles ".

Raymond, ses musiciens, amis et parents racontent les grands hits, les chansons intimes, les tournées en Flandre, le succès, la remise en question après le succès, le bien-être ressenti en faisant de la musique et en jouant sur scène.

Pour ce documentaire, Raymond a été suivi pendant et après l’une des représentations de la série de concerts " M. Raymond ". Actuellement, Raymond van het Groenewoud est en tournée à travers la Flandre avec son spectacle " Presque adulte ".

Panamarenko (Rubriek 700 – 2001)

" Le voyage culturel le plus mémorable à faire, est une excursion au Dia Center For The Arts à Chelsea. Coincé sous le magnifique plafond en bois strié au centre de l'aile Ouest de la 22e rue, apparaît l’ " Aero Modeller ", un zeppelin géant translucide qui a été construit principalement avec du plastique et du ruban adhésif, entre les années 1969 et 1971 par l'artiste, poète, inventeur et rêveur belge qui se fait appeler Panamarenko. "

(Roberta Smith dans NYTimes. Article sur l'expo de Panamarenko à New York, en décembre 2000)

 

S’il y a bien un artiste, c’est Panamarenko, véritable phénomène dans le monde de l'art belge. Panamarenko, un artiste-pilote qui voulait relier l'Est et l'Ouest. En uniforme militaire – pour faire savoir que les temps nouveaux ont besoin d’idées nouvelles, et de préférence aussi d’un nouveau monde artistique. " Les gens étudient l’art pendant deux heures à l’école et puis il leur faudra au moins 20 ans pour effacer ces mauvaises habitudes... ". Et qui a été parrainé par un riche homme d'affaires indien, Efil Nailati, qui avait de vagues relations avec la Russie et était ami avec Marcel Broodthaers et Joseph Beuys.

Dans ses années révolutionnaires, il a réalisé des objets de pop-art : des crocodiles, une baleine, des mites dans les roseaux. Ou accroché des chaussures magnétiques au plafond. Il a construit des avions et voulait vivre dans un grand zeppelin, rien que pour rendre visite de temps en temps à Brigitte Bardot !

Depuis lors, beaucoup d’encre a coulé sur Panamarenko. Certains le considèrent comme un bricoleur ; pour d'autres, il est un successeur de Léonard De Vinci. Scientifique, inventeur, ingénieur, poète, visionnaire, Panamarenko est inclassable.

Nous sommes près de 35 ans plus tard et rien n’a beaucoup changé, selon Panamarenko. C’est comme si le monde de l'art n'avait jamais regardé autour de lui.

Lui continue à construire des avions, des voitures, des sous-marins, des soucoupes volantes ou des poulets mécaniques. Des objets que les personnes sans imagination ne pensent même pas qu’ils puissent quitter le sol. Des engins fragiles qui sont le résultat d'une longue et minutieuse recherche sur les lois de l'univers. La gravité, les flux d'énergie, les champs magnétiques, l'aérodynamique et l'univers n’ont pas de secrets pour Panamarenko. C’est ainsi qu’il peut expliquer en détails pourquoi un scientifique dans une fusée ne pourra jamais atteindre une autre galaxie et comment cela pourrait quand même arriver. Panamarenko a déjà remporté de nombreux prix (plus récemment le Prix J.C. Lanschot pour ses sculptures), mais il rêve parfois en silence à un prix Nobel, de préférence avec un intitulé compliqué !

Ses théories et ses dispositifs technologiquement sophistiqués sont le résultat de son immense connaissance de la nature et de la science, et de son étonnement par rapport à tout ce que l’homme est incapable saisir dans le règne animal et dans le vaste univers.

L’année 2000 a été importante pour Panamarenko, avec de grandes expositions à Londres, Bâle et New York.

Avec les témoignages de :

Jon Thompson, critique d'art (GB)

Lynne Cooke, directrice de Dia Center For The Arts (New York)

Charles Hirsch, professeur de mécanique des fluides de la VUB

Réalisation : Jan Blondeel

Pour info : Du 03 octobre 2014 au 22 février 2015, le M HKA d’Anvers présente une rétrospective sur Panamarenko intitulée " Panamarenko Univers ", un voyage à travers l'univers mental de l'artiste, avec une vue intime sur sa démarche artistique. Outre les chefs-d'œuvre exposés, une attention est également portée sur les événements vécus par Panamarenko dans les années 60, sur ses connaissances scientifiques et sa vision artistique. Pour la première fois également, l’accent est mis sur l'inspiration de l'artiste. " Panamarenko Univers " met aussi en évidence la polyvalence et la profondeur de l'œuvre d'un artiste-magicien inspiré.