Tryo: "Propager nos valeurs en prenant du plaisir!"

Tryo sort un nouvel album, "Latidafé"
3 images
Tryo sort un nouvel album, "Latidafé" - © photo: B.Benant

Quinze ans déjà que les 4 compères de Tryo ont installé leur reggae acoustique dans nos oreilles curieuses. Une attitude cool mais responsable, un esprit ouvert et une grosse envie de faire la fête, voilà ce qu'il vous faut pour déguster le nouvel album Ladilafé qu'ils présenteront à Forest National le 14 novembre prochain.

Tryo - le single "Greenwashing"

Rencontre avec Christophe et Manu, à l'aube de ce nouveau chapitre.

Ce nouveau disque a été lancé par le single " Greenwashing " qui remet vos préoccupations écologiques à l'avant plan. Un clou qu'il faut continuer à enfoncer ?

Christophe Mali : L'idée du single Greenwashing m'est venue en découvrant sur internet un classement intitulé " Les Pinocchio du marketing" reprenant les publicités les plus mensongères, des industriels qui s'achètent une image verte. Ou comment vendre en vert des entreprises qui ne le sont absolument pas. Il y a une vague écolo qui touche tout le monde maintenant alors que Tryo défend ses valeurs depuis le départ. C'est assez comique de voir comment certains arrivent à détourner les symboles écologiques à leur profit.

Notre question centrale reste la même depuis 15 ans : comment parler de nos valeurs dans nos chansons, dans nos musiques en prenant du plaisir et en le propageant ? On essaie à la fois d’être sérieux dans le propos et léger dans les mélodies. C'est peut être encore plus vrai pour ce nouvel album que l'on voulait vraiment dansant et enjoué.

Ladilafé est votre cinquième album en 15 ans. N'avez-vous pas peur de vous répéter, comme le sous-entendent certains ?

Christophe Mali : C'est vrai qu'on a une identité très forte, 3 voix, 3 guitares, reggae acoustique, mais on essaie quand même de pousser d'autres portes. Sur l'album précèdent " Ce que l'on sème ", on a été vers la musique " world ", la bossa etc. Et puis on fait appel à d'autres musiciens : Vincent Segal et son violoncelle, DJ Shalom et ses scratchs... Grâce à notre base très identifiable, on peut se permettre d'explorer toujours plus loin et donc d'éviter la routine.

Manu Eveno: Pour garder l'enthousiasme, il y a comme un jeu qui s'organise. Chacun amène ses idées et puis on les prend au vol, on les triture, on essaie des arrangements etc. A ce niveau-là, l'apport des nouvelles technologies nous permet aussi de ne pas nous lasser en élargissant le champ des possibles. Dans la phase de création de nouveaux morceaux, on ne s'interdit rien !

De toute façon la perception d'un artiste c'est toujours ultra personnel. Cela dépend tellement de ce qu'on attend, de l'état d'esprit dans lequel on écoute le disque ou on va au concert. L'artiste n'a aucune prise là-dessus.

Avec 15 ans de carrière au compteur, votre public a forcément changé. Cela vous permet de rester jeunes dans vos têtes ?

Christophe Mali : Oui, aujourd'hui, il y a une vraie mixité générationnelle dans notre public. Les parents, qui nous suivent parfois depuis le tout début, viennent avec leurs enfants qu'ils ont biberonnés avec nos chansons. Mais comme la mode de consommation musicale se transforme, on a aussi beaucoup de jeunes qui nous connaissent à peine, qui ont vu une vidéo sur le net, ou entendu une ou deux chansons sur le baladeur d'un copain. C'est très chouette de voir le public rajeunir et en même temps de garder des fans plus âgés. Cela prouve que notre démarche peut être appréciée à différents stades de la vie.

Depuis toujours, vous défendez une approche " responsable " de votre métier. À côté des questions écologiques, vous n'hésitez jamais à aborder d'autres questions de société. Sur votre nouvel album, vous écornez sans détours les stratégies politiques de Marine Le Pen..

Christophe Mali : Marine Le Pen lisse complètement le discours du Front ! Elle essaie de faire croire que le Front National défend la justice sociale et veut faire oublier tout le passif de son père. Elle nous fait vraiment peur parce que son ambition est absolument de gouverner !

C'est très rare pour nous d'écrire une chanson sur une personne en particulier. On a voulu utiliser l'humour pour que les gens se posent des questions sur son vrai visage. Le gouvernement Sarkozy a tellement flirté avec certaines des idées du Front National, sur les musulmans, sur les roms, sur les illégaux etc., que l'on sentait vraiment ce besoin d'utiliser notre arme de chansonnier pour dire aux gens " Ne vous laissez pas avoir, n'oubliez pas que ces idées extrémistes sont l'exact inverse de la justice sociale".

Manu Eveno: On ne veut pas devenir des politiciens, mais on a autant le droit de parole que Le Pen ou Sarkozy. Tout le monde a ce droit mais nous, on a la chance de pouvoir le faire de façon plus médiatique. Ce serait une grave erreur de ne pas profiter de cette tribune.

Vous repartez en tournée pour défendre vos nouveaux morceaux. Avec la même équipe ?

Christophe Mali : On essaie de changer les musiciens qui complètent notre quatuor sur scène. Le belge DJ Shalom nous accompagne. Il est multi instrumentiste. Il fait du scratch, de la basse, des percussions. C'est très intéressant d'avoir d'autres regards surtout sur les anciens morceaux qu'on joue depuis très longtemps. On leur propose de mettre leur touche sur les arrangements ce qui nous permet de redécouvrir nos " vieilleries " et de continuer à surprendre les plus fidèles dans le public.

Entretien : François Colinet

En concert : le 14 novembre à Forest National

Tryo " Ladilafé " (Columbia / Sony Music)

Sans être grand fan de Tryo, on doit reconnaître que la sauce de cet album prend bien. Joli équilibre entre ambiance fiesta et textes qui hument les préoccupations de l'actu. " Marine est là ", " Greenwaching " ou le plus osé " Brian Williamson " sur l'homosexualité, sont autant de flèches décochées avec la force du sourire aux lèvrex. Avec en plus, le chouette relief du violoncelle de Vincent Segal et la trompette magique d'Ibrahim Maalouf.   FC