REVOIR PARIS

schuiten
4 images
schuiten - © schuiten

François Schuiten sur tous les fronts: un album, une exposition et un recueil « d’images »... à ne pas rater !

Même si François Schuiten se promène dans les mondes de l’art avec éclectisme, mélangeant les genres avec brio, il est, sans aucun doute possible, une des figures de proue d’une bande dessinée soucieuse toujours de qualité, d’intelligence, de beauté tout simplement. Et dans son nouvel album, il s’aventure, avec réussite dans un univers moins onirique qu’avec ses cités obscures, moins fantastique : celui de la science-fiction, de l’anticipation.

Nous sommes en 2156. Depuis bien longtemps, un vaisseau spatial, l’Arche, a quitté la terre. Pour sauvegarder, sans doute, l’espèce humaine.

Kârinh est une jeune fille née dans cette arche. Une jeune fille qui a toujours rêvé, grâce à ses lectures, de cette Terre, et surtout de Paris. Et elle est choisie pour diriger une expédition d’une douzaine de personnes retournant vers cette planète oubliée.

Encore une fois, comme dans la fameuse série des cités obscures, c’est une ville, mythique, qui est au centre de cet album. Mais c’est aussi bien plus: c’est l’Histoire qui décide de se vivre à rebrousse-poil; c’est la nécessité de pouvoir, pour être humain, se définir aussi par ses racines; c’est la quête impossible d’une femme à la recherche d’elle-même, à la poursuite de la réalité au-delà de l’imagination.

C’est une fable sur la culture et le livre, essentiels à la préservation de l’âme même de l’humanité.

Par le biais de la science-fiction, du merveilleux même, François Schuiten et son scénariste fétiche Benoît Peeters mélangent, comme à leur habitude, les liens entre le réel et l’imaginaire. On retrouve des personnages comme le dessinateur Robida, des décors qui ont été chers à Jules Verne. On découvre Paris comme enfermée dans une bulle qui conserve ses trésors architecturaux.

Schuiten, c’est le chantre graphique des beautés citadines, des envolées architecturales. Et quand son dessin se met au service d’une fable comme celle de " Revoir Paris ", il semble prendre encore plus de force et de légèreté. Plus de fragilité, aussi, soulignée par la trame narrative, mais également par la couleur, dont les variations, ici, sont à la fois maîtrisées et surprenantes.

Et l’actualité de Schuiten est importante, aujourd’hui. Casterman a vraiment mis les petits plats dans les grands. Il y a cet album, " Revoir Paris ". Il y a aussi un album de 32 pages, grand format, intitulé " Des cités obscures à la ville lumière ", reprenant des illustrations choisies au fil de l’œuvre de Schuiten et consacrées à Paris. Et, enfin, il y a un livre consacré à l’exposition qui est consacrée à Schuiten, du 18 novembre prochain au 9 mars 2015, à Paris, au palais Chaillot. Une exposition qui a pris le parti d’un face à face entre les créations de Schuiten et les réalisations d’architectes et d’urbanistes contemporains.

Schuiten, aujourd’hui, c’est Paris fantasmé et conjugué à la fois dans une démarche futuriste et dans une réalité empreinte, non pas de nostalgie, mais de nécessité, en quelque sorte, à rendre les rêves vivants !

L’histoire de François Schuiten, son bonheur à nous raconter des histoires, tout cela naît également d’une espèce d’osmose entre le dessinateur et son scénariste, Benoît Peeters. Plus qu’une complicité, c’est en effet à une unité d’intérêts, de rêves à retranscrire, qu’on assiste dans la plupart des albums qui leur sont communs. Et la fidélité qu’ils affichent l’un vis-à-vis de l’autre, et ensemble vis-à-vis des thèmes qui leur sont chers et qui, toujours, se centrent sur l’humain, cette fidélité permet, ici, encore une fois, la réussite d’un récit envoûtant…

François Schuiten est un des auteurs essentiels de la BD. Chacun de ses albums est une aventure dans laquelle il emmène ses lecteurs. Et " Revoir Paris " fait, me semble-t-il, partie de ses " aventures " les plus réussies !

 

Jacques Schraûwen

Revoir Paris (dessin : Schuiten – scenario : Peeters – éditeur : Casterman)

Revoir Paris (le livre de l’exposition chez Casterman)

Des cités obscures à la ville lumière (un livre d’illustrations chez Casterman)

Et l’exposition à Paris, au Palais Chaillot