Rencontre avec Mélanie De Biasio, entre lenteur et volupté!

Mélanie De Biasio
2 images
Mélanie De Biasio - © Photo : Olivier Donnet

Beau succès pour Mélanie De Biasio dont le nouvel album "No Deal" est encensé, à raison, par la critique. A découvrir le 3 mai prochain au Festival "Jazz à Liège".

C'est en regardant la télévision chez sa grand-mère que Mélanie De Biasio, petite fille, a eu un flash : "Je devais avoir 9 ans quand j'ai vu ce grand orchestre à la TV, avec notamment une flûte traversière. J'ai instantanément su que je voulais jouer de cet instrument. Il m'intriguait, sortait de l'ordinaire. J'étais fascinée, captivée par cette flûte, qui depuis ne m'a jamais plus quittée" » La flûtiste joue aussi un peu de guitare et de piano, "passage obligé quand on est au Conservatoire".

Des frontières moins étanches

Pour ce deuxième album, Mélanie a pris son destin en main : "Je me suis fait plaisir ! J'ai choisi les musiciens qui m'ont accompagnée en studio, j'ai choisi le son, je voulais sortir des contraintes d'un style. Je ne voulais plus composer avec un contexte, juste avec mes envies. C' est évidemment un gros contraste avec le premier disque pour lequel je me m'étais occupée de rien, à part jouer".

Elle n'a pas pour autant tout chamboulé, continuant à travailler avec les musiciens présents sur le premier album. "Ils sont à la base du processus, ils me connaissent, je n'ai besoin de rien dire, on se trouve naturellement", s'enthousiasme-t-elle.

Un projet qui, étonnamment trouve refuge dans une maison de disque plutôt habituée aux univers pop / rock. Le choix semblait pourtant évident pour Mélanie : "Je sentais ce besoin de quitter le carcan du jazz pur. Du coup, j'ai tout de suite pensé proposer mon projet à PIAS. Je savais qu'ils étaient très ouverts. Mon projet a été accueilli avec enthousiasme, c'est un challenge excitant pour tout le monde !".

L'éloge de la lenteur

Ce disque est une invitation à ralentir le pas, à se laisser prendre par la main par les notes de Mélanie : "J'aime les développements très lents à la flûte, cela me donne la sensation que je raconte une histoire. Ma musique suggère des couleurs, des textures, mais elle n'impose rien. Elle permet à chacun de vivre sa propre histoire intérieure en se laissant aller à ses sensations. Je n'élève pas la voix, je préfère la susurrer". 

Un disque planant qui, sur scène, accueille un contrebassiste, histoire de rajouter une touche de groove. Mélanie et son groupe passent donc maîtres dans l'art de nous emmener loin, sans en faire des tonnes. Au contraire, tout est subtil dans ce disque, en contraste avec une voix grave et forte qui rappellera aux amateurs quelques chanteuses mythiques du jazz vocal. Et qui offre aux néophytes une belle porte d'entrée vers les volutes bleues...


François Colinet
 

Mélanie De Biasio "No deal" (PIAS)

Fidèle à sa réputation, la maison de disque PIAS ose sortir des sentiers battus en prenant le risque payant, de croire dans un projet qui dépasse les frontières du jazz. Ce disque est une ode à la lenteur, à la contemplation en rejetant les formats et les structures habituels de la pop. Plus qu'une écoute attentive, il demande d'accepter le lâcher prise, posture si difficile à appréhender pour l'Homme moderne. La voix de Mélanie s'imprègne centimètre par centimètre, et nous invite à flotter dans l'air, le temps d'une délicieuse balade ! FC

Mélanie De Biasio lors de son passage à D6bels On Stage