Les Psy : 20. Génial comme thérapie !

Cauvin et Bédu sont le duo tout en sourires qui anime cette série qui, d'année en année, continue, avec talent, à nous faire sourire... Et ce sans tomber dans la routine! Ce nouvel album, à l'instar des 19 précédent, vous permettra, croyez-moi, de passer un bon moment!

3 images
psy © dupuis

Vingtième opus d’une série populaire et, ma foi, bon enfant, cet album ne se démarque pas de ses prédécesseurs. Des gags de un à trois planches, un psy, son divan, ses patients, leurs problèmes qui se révèlent toujours, de toute façon, insolubles. Bien sûr, le héros de cette série ne se trouve qu’exceptionnellement en face de cas tragiques. Mais même alors, son incompétence et, avouons-le, sa mauvaise foi, réussissent toujours à faire sourire.

Les problèmes d’ordre psychologiques font partie intégrante, de plus en plus même, de notre monde, de notre société. Et il ne manque pas de bandes dessinées sérieuses qui mettent en scène ces névroses, ces tares, ces impossibilités à vivre. Pour Cauvin, c’est par le biais de l’humour, et uniquement de l’humour, qu’il aborde ce phénomène, cette réalité. Et pour mettre en scène ces hommes et ces femmes qui vont se coucher sur un divan anonyme pour exhiber sans pudeur leur petite existence, il n’a certainement pas dû chercher loin, tant son œil aime dépasser la simple apparence des gens qu’il rencontre, qu’il croise. Un œil parfois caustique, d’ailleurs… Surtout quand justement, il se pose sur l’univers des Psy !

3 images
psy © dupuis

Raoul Cauvin, scénariste d’humour prolifique s’il en est, cultive donc, depuis toujours, dans ses collaborations, le sens de la complicité. Bédu, le dessinateur des Psy n’échappe pas à cette règle. Une règle professionnelle autant qu’une règle de vie… Ils partagent d’ailleurs, et de manière palpable ai-je envie de dire, la même manière de plaisanter, de regarder l’existence. Les scénarios de Cauvin, ainsi, se prolongent d’une manière entièrement naturelle dans les dessins de Bédu, des dessins dont le graphisme réussit à donner vie, réellement, aux personnages imaginés par le complice scribouilleur ! Et c’est là une autre règle, sans doute, pour ces deux compères de la bd populaire qui se refuse à toute mièvrerie, que de se faire sourire et rire autant que sourient et rient leurs lecteurs !

Vivre sans sourire n’est sans doute vivre qu’à moitié, voire même encore moins ! Si votre mine, aux miroirs de vos matins, se révèle quelque peu grisâtre, ne vous jetez pas dans le divan d’un psy de passage ! Plongez-vous, plutôt, dans celui de Bédu et Cauvin, qui vous analyseront et réveilleront toutes vos bonnes humeurs !

 

Jacques Schraûwen

Les Psy : 20. Génial comme thérapie ! (dessin : Bédu – scénario : Cauvin – éditeur : Dupuis)